ACADEMIY DU GALO

Académie du Gallo



La paije tourney

Le Conte de Monte-Cristo


Un mot inconnu ?        Utilisez les fonctions 'Dictionnaire' en bas de page !


Le Conte de Monte-Cristo


Alexandre DUMAS
par Nadar (1855)

Qhi q’a pas jamaez oui caozer d’Alexandre Dumas ? L’écrivouz a laessae ûne grande pllace den la memoêre e den l’écrivaije od sez romans d’éqeroueys come « lez Treiz Mousqetaeres » ou ben « le Conte de Monte-Cristo ».

Son pere taet jeneral sour la Revolucion. Maez en 1802, Bonaparte ne voulut pus de monde de colour (il taet nair-ribot) den son armey e le mint a la retraete san toucher de pension. Il mourt un coupl d’aneys aprés e laesse Alexandre Dumas orfenin a catr ans.

Den la mizere tout son jeune temp, Dumas va laesser Vilers-Coterets eyou q’il denaqhit pour partir a Pariz faere le cllerc de notaere. Ilae, il se mettra a ecrire dez vaodeviles, peis dez romans d’éqeroueys. ‘ét lez aneys just avant 1850 qi li porteront aqhit pus fort.

Den la cartelle-ici du « Conte de Monte-Cristo », Edmond Dantès, encroulhae den la forteresse d’If, eyou q’il a peù reterouer en qhute le preytr Faria den son muçoer, ét a assister sti-ci a terfunter.


Edmond enlevit le vieuz bonome den sez bracs e le repozit sus son leit.

« Astoure-ci, m’n amin, qe j’ae come reconsolance toute soule de ma viy de mizere, vouz qe le cieu m’a dounae tard un petit, maez q’il m’a dounae tout coume, come un perzent de si grande valour e je le remercie pour ça ; de ce moment qe je sei pour m’en aler de vouz pour tenant, je vouz souaete toute l’eurance, tout le bien qe vouz ez en merite : mon fieu, je vouz doune ma benediccion ! »

Le garçon s’abatit a deuz jenuelhs, a apoyer sa teyte contr le leit du vieuz bounoume.

« En sur qe tout maenz, acoutez ben le cai qe j’ae a dire de ce tout vrai moment : le tenzor ez Spada, y a ben de li ; od l’assent du Bon Dieu, j’ae pus ren ao devant mai qi seije a me heùder ou qe je seraes indigne d’aveder. Je le vais den le fond de l’aotr houle ; mez uelhs sont q’il pertuzent le fond de la terre e sont ébeluettae od si tant d’escalhance. Si vouz terouez le tourn de vouz ensaover, redon’ouz souvenance qe le pôvr preytr qe le monde sonjaent q’il folayaet, il folaet pas. Courez diqa Monte-Cristo, seyez a bien de votr gheuzoney, portez-en aqhit, v’ez étae de peire asset. »

Ûne ahaney emportante coùpit l’ancien ; Dantès redercit sa teyte, il vit lez uelhs a se roujir : en araet dire q’ûne poussey de sang sortaet de monter de sa paitrine diqa son front.

« A-revair ! A-revair ! qe le vieuz bounoume mourmonit a serrer la maen ao garçon en faqetant, a-revair !

– Oh ! pas core, pas core ! qe sti-ci s’éberyit ; nouz laessez pas par darriere, ô mon Dieu ! secourez-le… a l’eïde… a la force…

– Taez’ouz ! taez’ouz ! qe le mourinouz, il bernozit, qe je seijiom pas separti si qe vouz me saovez !

– V’ez ben dit. Oh ! yan, yan, durez tranqhile, je vouz saoverae ! D’alhours, core qe vouz soufrez hardiment, vouz ez mine de pas étr maonouz aotant come la permiere fais.

– Oh ! sonjez pas ! Je sei a meins soufrir caoze qe je sei a marnir. Den votr âje, en ét en fiance de la viy, ét l’avantaije dez jeunes de creire e d’esperer, maez lez vieuz vayent la mort pus cller. Oh ! laz v’la… ol arive… ét le bout… ma veùre qi belûne… mon esprit qi s’adire… Votr maen, Dantès !… a-revair ! a-revair ! »

E a ahaner ûne darraene fais a se redercer, q’il rasserrit toutes sez faqhultaes :

« Monte-Cristo ! sonjez ben den Monte-Cristo ! » q’il énoncit.

E il rechaeyit sus son leit.

Ella fut ûne berouey si tant échohissante : dez membrs toêrçu, lez boghes de sez uelhs a se gonfller, de l’éqhûme sangllouze, un corp come un faes mort, v’la tout ce qi demeurit sus son leit de douliance du bon jen qi se taet coùchae ilae just avant.

Dantès hapit la petoche, laz pozit a la teyte du leit sus ûne roche qi bergotaet e d’eyou qe sa luour a gediner éclleraet od sa revour foùchouze ste chiaere nierje e ste corp cobae, raide.

Lez uelhs engravae, il esperit ben decidae le moment de le medeciner od le garitout.

Ao moment q’il sonjit le mieuz, il print son coùtèo, decreyit entr lez dents qi crochaent meins dur qe la permiere fais, contit lez dis goutes yûne par yûne e esperit ; den la topette, il restaet core a pu prés maitiae pus qe ce q’il avaet voulhae. Il restit dis minutes de temp a esperer, le cart d’ûne oure, ûne demi-oure, pas ren qi boùjaet. Gedinouz, le pailh enraidi, la siour a li gerouer le front, il contaet le temp sus lez doceys de son qheur.

Il sonjit aloure qe ça taet rendu d’oure de passer a la darraene safrey : il aperchit la topette dez lipes violine a Faria e, san endurer bezein de décroulher lez mâchoeres restey défermey, il engoulit toute la liqheur qe y avaet deden.

La droge l’animit viverment tout d’un verdon, lez membrs du vieuz bonome a se heïjer heïje qi ne heïje, sez uelhs a se défromer, effri a vair, il roumionit un coup, peis tout son corp gedinouz rechaeyit mouce tout a la doùce.

Lez uelhs tout soul demeurirent déboghae.

Ûne demi-ourey de temp, ûne ourey, ûne oure e demi se passirent. L’ourey e demi-ilae den l’angoês, Edmond, acantae sus son amin, san ratirer sa maen de sa fale, sentit ben son corp a se réferdir, peis la docey de son qheur, pus q’ol baessaet, pus q’ol taet sourdaode e de lein a lein.

Ren q’alit pus lein pour en finir ; le qheur bourdit den ûne darraene ferzilhey, la fighure se nierjit, sez uelhs restirent déclloz, maez sa veùre fut q’ol s’en vint toute troubl.



Appel du dictionnaire
Mot à traduire:

   


Si besoin des services complets du Dictionnaire :