ACADEMIY DU GALO

Académie du Gallo



La paije tourney

Ahoupae a s'assaovaijer


Un mot inconnu ?        Utilisez les fonctions 'Dictionnaire' en bas de page !


Jack LONDON


Jack LONDON

En 1876 a San Francisco, denaqhit li q’alaet devenir le pus grand ecrivouz de son temp sus la nature e la couraceriy.

Aprés ûne efance den la mizere, il part coure son bon bord a qhinze ans. Aprés avair étae un Jean-faet-tout, il sent qe la maer l’atilhone. Od sa perissoere, il faet le pilhouz d’itrs, peis treue de l’ouvraije sus un batèo. De ça, il se met chaerbonier, perd son ouvraije, ira vagabonder pour finir den ûne maezon de penitence un mais de temp.

A 18 ans, il retourne ez etudes. Parti ghetter de l’ouor en Alaska, il revienra od hardi de cai a ecrire. ‘ét a temp-la qe son loz d’ecrivouz va se décllencher.

De la-dessus, il va vyaijer hardiment travers le monde. Uzae de trop veyqhir son temp, il defunte en 1916 aprés avair ecrit pus de 50 livrs.


The call of the Wild (« Ahoupae a s’assaovaijer ») a étae écrit depeis sa passey ao Klondike entr 1897 e 1899 od lez courouz sus l’ouor. La passey-ci ét la dépinglley du moment qe le chaen Buck se retreue od un loùp e q’il vont s’entr amiter.


AHOUPAE A S’ASSAOVAIJER

Ûne neitey, il se déveilhit d’un saot, lez uelhs fricaods, lez nazilhes a fringller e a sentiner, od dez erices a coure den sa criniey qi se brochaet. L’ahoupey venaet de la foreyt (ûne note de yelle tourjous, caoze qe l’ahoupey taet sus maent’yûnes notes), a cller e ben de façon come pas jamaez avant, ûne loùdey qi duraet, come la loùdey d’un chaen husky, maez pas paraelh core. E il laz reconaessaet come ûne huchey ouize par avant, qi taet pas pour se déconaettr depeis le temp. Il degandit travers lez tailes de tente a dormir e viverment e san mener de brut, s’acoursit travers lez boêz. Come il fut a s’apercher du huchement, il fasseilhit, a s’engarder a chaqe de sez pas, diqa apercher d’ûne clleriour travers lez arbrs, e a regarder de façon, il veùt, chomae sus son sietant, son moz apointae devers a haot, un loùp berholu, megraod e nouae de long.

Il avaet pas menae de brut. La loùderiy decessit pâmaenz e le loùdouz a assaeyer de sentir-savair de li. Buck sournayit den l’aere, a se joupir a maitiae, son corp ramassae sus li, sa coue dreite e a se raidir, sez piets a se pozer tout a la doùce come jamaez core. Chaqe boùjey taet un mélayard come de menace e d’amitae a bicher. ‘ét l’émoute de memme qi merqe l’encontr dez beytes saovaijes a chacer. Maez le loùp se saovit a le vair. Il rejibllit a le suedr e de saotir come un diabe od la fieuvr de le haper. Il le postit den ûne ragane en qhu de pouche, ûne filiere embarrey od un emmeylis de branchalhes enfoutralheys. Le loùp se parvirit a tourliqhetter sus sez haocets de darriere a mode de Joe e tous lez chiens Husky du payz cant il sont enqhussaes, e de grigner, de cotir dez dents san decesser de gouricher, le pailh sus bout.

Buck li chaeyit pas sus le pailh, maez le cernayit e l’abordit ben d’amaen. Le loùp se défiaet e coùchaet dez oreilhes. C’ét qe Buck taet gros treiz fais come li aloure qe sa teyte a l’aotr arivaet toute peine a son épaone. Dés come il fut en belle, il repartit a trisser e ça repaissit a s’entr poster. Maente e yûne fais, il se terouit croulhae, e il repaissaet son jeu, cant memme q’il taet ben falhi, e qe sinon ça Buck araet pas zeù de l’aeze aotant a le ramponer. Il taet qi couraet diqa qe la teyte a Buck aviene côte-côte son fllanc, cant c’ét q’il se terouaet a bout de garenne, ren qe pour verder de retourn dés q’il terouaet un arrivalh.

Pour en venir, de tenir piet, Buck finit par en terouer la rençon ; qer le loùp, a vair qe l’aotr taet pas en idey de li faere du mao, s’aperchit a fomer moz a moz cantë li. Peis il se prinrent en amitae e drujirent a saqeys e maitiae nozouz de la façon qe lez beytes feroces se dédizent de lour maovaezetae. Après ûne berouey de temp, le loùp partit franc sus ûne acoursey tranqhile de façon a amontrer a cller q’il avaet a qheuqe part eyou aler. Il fit comprendr a Buck q’il avaet de venir li etou e il courirent côte-côte travers la troubllour de la neit, dreit olemont par le fond de la criche, den la filiere d’eyou q’ol sourdit, e travers la devaley safr eyou q’ol se nouaet.

Sus le côtalh de l’aotr côtae du creyt, il devalirent sus un pllatèo eyou qe y avaet dez grandes étentes de foreyt ariaijeys de ruziaos, e travers lez grande étentes-ilae, il couraent tenant tenant, dez oures de rang, od le sourai qe tant pus il amontaet, tant pus le journ s’achalaet. Bulk taet saprement oure d’aeze. Il savaet q’il répondaet a ce qi le menaet fin de conte, a coure côte-côte son frere dez boêz devers le leu d’eyou qe ben sur, l’ahoupey, ol venaet. Dez veilhes remembrances de memoêre li revenaent ben court ao runje e il lez ramaojaet come d’aotr fais, il ramaojaet lez bones eures e lez maovaezes de qhi q’il en taent lez sombreùres. Il avaet deja étae a jouer de la sorte par avant, a qheuqe part den l’aotr monde-la q’il s’en remettaet qe de memme, e il taet a repaisser astoure, a coure a son aeze sus la terre restey a frôt sour sez piets, od le cieu ouvert a son grand en dessus de li.



Appel du dictionnaire
Mot à traduire:

   


Si besoin des services complets du Dictionnaire :