ACADEMIY DU GALO

Académie du Gallo



    La petite bibliothèque de l'Académie du Gallo

  Clotilde VAUTIER


Un mot inconnu ?        Utilisez les fonctions 'Dictionnaire' en bas de page !

Introduction

Avant tout, nous voulons remercier les soeurs Trottebec pour avoir écrit ce texte original en normand, mais aussi pour avoir accepté de le partager avec nous ! Ce blog est tenu par deux sœurs qui ont à cœur de donner de la visibilité à la langue normande et qui souhaitent par ce biais, célébrer d'une manière générale la diversité linguistique et culturelle. Les articles sont illustrés et portent sur des sujets variés (légendes, œuvres artistiques, expressions...). Ils sont rédigés en normand avec leur traduction en français.

Nous souhaitons également remercier l'association 'Les amis du peintre Clotilde Vautier' pour leur aimable communication de la photo de Clotilde Vautier.

Avec ce petit texte nous souhaitons poursuivre ce que nous avons initié avec nos amis de Corse : contribuer à faire connaître nos langues minorisées via leurs défenseurs, dont la belle plume communique de façon colorée et poétique le génie de leur langue.

Pour tenter de plaire aussi bien au grand public qu'aux linguistes qui nous lisent, l'affichage bilingue de notre petite pierre de Rosette pourra être choisi par le lecteur.







Clotilde VAUTIER


Clotide VAUTIER
(coll. privée)

Clotilde Vautier est eune artiste naée en 1939 à Tchidbouorg en Normaundie.

Coltide Vaotier ét ûne peinturesse qi denaqhit a Cherbourg en Normandiy en 1939.

A ses 20 auns, o s’apiège à Rennes et ol étudie à l’Ecole des Biâos-Arts, yoù qu’o rencontre le syin qui devyinra sen mari, le peintureus espanol Antonio Otero.

Den sez 20 ans, al ét q’ol s’aleute a Renne pour étudier a l’Ecole dez Biao z-Arts, eyou q’al va se terouer od le siun qi sera son mari, le peinturouz espagnol Antonio Otero.

O travaille sauns décessi et obtyint eune renoumaée à-coup. Ol espose ses teiles dauns pusurs galeries rennaises et parisyinnes.

A haper dur sus la bezeigne, un bon loz li vient vitement. Al met sez tailes en montr den qheuqes galeriys a Renne e a Pariz.

Sen ouvrage se coumpose de natures mortes, de paisages, de portraits, mais ch’est avaunt touot dauns l’art du nun féminin qu’o s’élustre. Ol est l’eune des premyires artistes à esprimaer eun pouen de veue féminin sus le corps d’âotes fèmes, ouvraunt la veie és artistes féministes des annaées 1970.

Den son ouvraije, nen treue hardiment de natures fllejeys, de payzaijes, de poltraets, maez ét den l’art du fumellin en piao q’ol ét remerqey. Den lez fames, al ét dez permieres a étr d’aviz sus lez corps ez aotr fames, ça q’a ouvert la breche ez siuns sus lez arts a defendr lez fames den lez aneys 70.

Ses teiles arprésentent l’intimitaé féminène d’aveu biâocoup d’intensitaé. Des teurses quoeurues s’arouolent dauns touot l’espace de la peinture, baillaunt à vei, dauns ches corps accotinaés, biâocoup de sensibilitaé, de forche et de rapaisement.

Sez tailes fighurent la fumelletae od hardi de force. Den sez peintures, dez reuzeys s’areuzent ben reuzeys den tous lez enterjiets de la peinture, qi dounent a vair, den la roley dez corps, hardi de doujier, de force e d’apaez.

En 1968, la syinne qui éra-z-eu à quoeu d’esplloraer d’aveu eun argard neu la féminitaé, mourra rapport à sa propre féminitaé. Clotilde Vautier définit rapport és sites d’eun avouortement cllaundestin, à l’âge de 28 auns, oû déju d’eune ère nouvèle, qui baillera és fèmes le dreit de disposaer de leus propre corps.

En 68, ete-lad q’ara zeù devocion de cercher a regarder la fumelletae sus un nouviao tourn, defuntera a caoze de sa fumelletae a yelle. Coltide Vaotier mourt aprés déforjae en qhute, den sez 28 ans, aloure qe dez nouviaos temps s’amenent qi balheront ez fames le dreit de s’amarrer od lour corp a yeùz.






Appel du dictionnaire
Mot à traduire:

   


Si besoin des services complets du Dictionnaire :