ACADEMIY DU GALO

Académie du Gallo



La paije tourney

Gavroche (Lez Mizerabls)


Un mot inconnu ?        Utilisez les fonctions 'Dictionnaire' en bas de page !


Victor HUGO


Victor HUGO

Si y araet q’un nom a rester de l’ecrivaije françaez, ça seraet li de Victor Hugo. Ecrivouz romantiqe, il taet en avant pour le temp sus la qhession du social e du politiqe (contr la heïnjeriy de race e la peine de mort).

Sa familhe taet oriney de Nante e son pere taet jeneral sour Napoleion. De sa viy, son pus grand maleur reste la mort de sa filhe Leiopoldine qi va le faere ne pus ecrire deiz aneys de temp. E d’avair étae hors-payzae vint aneys de temp bentôt a Gernezei a caoze de Napoleion III ét son aotr faeyney. Il a zeù ben du vilaen den sa viy de familhe etou (catr de sez efants sont morts avant li, la cinqieme a virae de teyte).

De cai q’ét meins coneù, c’ét q’il taet fort de viy, goulipiaod, fumellier, e q’il pouaet étr rapias sus son tous-lez-journs come donant od yeuz den le bezein. Beyte de hay, il reste de li ûne ouvraije escarabl sus tout chapitr (tiâtr, poieteriy, romans). Le pus coneù de sez romans, Lez Mizerabls, fut bani en 1862. ‘ét la passey qe Gavroche va se faere fuzilher en chantant a ramasser dez cartouches pour lez siuns de la bardeley qe j’om choêzi de tourner.


Gavroche (Lez Mizerabls)

La moughey fezaet come ûne berouey den la vay. Qheuq’un q’ont veù un nubl se dépocher den dez cassieres de montaegne entr deuz acores ont moyen de se fighurer ste moughey fetisse e come embourey entr deuz haotours tenierjes d’ôtieùs enlignaes. Ol treïnaet a monter e ne decessaet pas de se renouer ; de ça ûne troubllour qi, petit a la fais, mettaet le journ a verdoêzer. Toute peine si qe, d’un bout de la vay a l’aotr, joliment courte pâmaenz, lez batalhouz s’entr terouaent d’aperçu. Ste troubllour, voulue probabl e carqhuley od lez cheus qi devaent mener l’ataqe contr la bardeley, ol fut d’amaen a Gavroche. Par sour lez grijeys de ste vaile de moughey, e sa petitesse a li z-eïder, il peùt s’avancer lein asset den la vay san se faere a vair. Il dépochit lez set ou uét permieres jibernes san grand risqe.

Il se hersaet a pllat panse, chatonaet a la galopey, hapaet son binot od sez dents, s’étoêrçaet, se muçaet, caleuvraet, vironaet de yun a l’aotr dez morts e vidaet lour jiberne ou ben lour cartouchiere paraelh come un chat de boêz a ovrir dez noeiz. Depeis la bardeley, q’il n’en taet core prés asset, il daraent pas li hucher de regoncer, craegnant concience qe lez aotrs li preyteraent cas.

Sus un corp mort, qe ça taet un caporal, il terouit ûne touine de poùdr.

- Pour casser la sai, q’il dit a laz mettr den sa pouchette.

A force qe de s’enhazer, il deparvint diqa eyou q’en vayaet travers la fumalheriy dez coups de fuzilh.

Si bel e si ben qe lez tiralhouz de la ligne d’arang, piettaes par darriere lour levey de pavaes, e lez tiralhouz dez abords de vile atassaes ao caere de la vay s’entr firent ghigne sus du cai qi boùjaet den la moughey.

Ao coup qe Gavroche taet a défourner lez cartouches d’un serjent a-jac aoprés d’ûne borne, ûne bale se tocit den le corp mort.

- Garne ! qe Gavroche s’en vint. V’la qe mez morts se font tuer.

Ûne aotr bale fit éparcller le pavae ao côtae de li. Ûne treizieme qhurbutit sa binotey.

Gavroche regardit, e s’avizit q’ella venaet dez abords de vile.

Il se piqhit dreit come un piet de coùtèo e de choumant, le pailh ariboulae, sez maens sus sez hanches, a zuner lez gardes nacionaos qi taent a tirer, il partit a chanter :

Je som laed a Nanterre

Ét d’ la faote a Voltaere

Bedas a Lonjumèo

Ét d’ la faote a Roussèo

Peis il ramassit son binot, rasserrit deden lez cartouches chaites a bas san n’en laesser yûne, e, a s’avancer devers lez fuzilhs, se nalit dézemplleinir ûne aotr cartouchiere. La fais-la, ûne bale le manqit core pour le caterieme coup. Gavroche chantit :

Je faes pas mai l’ notaere

Ét d’ la faote a Voltaere

Je sei q’un p’tit oêzèo

Ét d’ la faote a Roussèo

La cinqieme bale arivit a aracher de li un treizieme coupllet :

J’ sei ghaï de caractère

Ét d’ la faote a Voltaere

La mizere den l’ troussèo

Ét d’ la faote a Roussèo

E ça durit de memme un petit de temp.

Ça qi taet ûne qhuriozitey époùrissante e grâcieuze. Gavroche, fuzilhae, écaegnaet lez fuzilhouz. Il avaet l’aer de drujer hardiment. Ça taet la paechelette a pigocer lez chassouz. A chaqe petey, il répondaet od un coupllet. Il decessaent pas de le mirer, il le manqaent tenant. Lez gardes de la nâcion e lez soldards s’entr reyaent a le piqher. Il s’acachaet, peis il se rederçaet, se carnijaet den la corniere d’un us, peis degandissaet, moughaet, resourdaet, se saovaet, s’en revenaet, se reboursaet contr la mitralhe a lour faere dez mines, e pâmaenz, il pilhaet dez cartouches, dézemplleinissaet dez cartouchieres e remplleinissaet son binot. Lez revoltaes, ao bacoraod od l’angoês, le zieutaent zieutant. Sus la bardeley, il taent q’il trembllaent ; il taet li qi chantaet. Ça taet pas un garçalhe, ça taet pas un oume ; ça taet come un drole de faeyon. En eut dit come le petit naen imbatabl den la méligotey. Lez bales le postaent, il taet li pus liant qe yeùz. Il restaet a jouer nen saet pas qheu jeu effribl de cache-qhute od la mort ; a chaqe fais qe sa charrette molinoere voulaet s’apercher a le haper, le goujard se saovaet de yelle a farer vif come la poùdr.

Ûne bale mieuz vizey ou pus bllèche qe lez aotrs finit pâmaenz par tèqer le ferluraod. Il vayirent Gavroche terbruncher, peis il s’éboulit. La bardeley se print tertoute a hucher ; maez ste gouriqhet n’n avaet du jeiant Antée1 Abiter ao pavae pour ste marmouzet, c’ét come de biter a la terre pour le jeiant ; Gavroche n’avaet cheù a bas ren qe pour se repecqer ; il restit sietae a pllaqe-darre, ûne couley de sang a li brenjer la fighure tout du long, il levit sez deuz bracs a haot, il regardit par devers le coup d’eyou q’il taet venu, e se mint a chanter :

J’sei lez catr fers en l’aer

Ét d’ la faote a Voltaere

Le naez den le ruzèo

Ét d’ la faote a …

Il ranjit pas a bout. La deuzieme bale d’un memme tirouz l’areytit blloq. Le coup-ci, il chaeyit boqadent contr lez pavaes e ne boùjit pus. L’âme de ste grand petit bounoume arivaet qe de partir.



1Geiant dez acreiriys sacreys de Grèce qi reterouaet sa force a chaqe coup q’il abitaet a la terre.

Appel du dictionnaire
Mot exact (*) à traduire:

(*) si nom propre, insérer un blanc avant la saisie pour conserver la majuscule
   


Si besoin des services complets du Dictionnaire :