ACADEMIY DU GALO

Académie du Gallo




La Petite Bibliothèque de l'Académie du Gallo

La paije tourney

"La Poùr" de Guy de MAUPASSANT

Un mot inconnu ?        Utilisez les fonctions 'Dictionnaire' en bas de page !


Guy de MAUPASSANT


Guy de Maupassant

Denaqhi en 1850 d’un pere garcier e d’ûne mère vrai portey sus l’ecrivaije, Maupassant se mettra de belle oure a ecrire dez poieteriys. Sa familhe veqhira den un châtèo prés du Havr, peis ûne fais démariey, sa mere s’aleutera tout contr Etretat od sez deuz fieus. ‘ét ilae q’il va devenir net portae pour la nature e q’il va memme se mettr a caozer normand od lez payzants.

A 20 ans d’âje, il s’en ira sus Pariz eyou q’il finira par étr gaijae comis ez ecritures den le ministere de la Marine. Le sair, il sera a ecrire, ecrire qe d’ecrire. Sez défuteriys, c’ét d’aler en canot sus la Seine od dez ferlurettes e de ça, il se treura prinz par la napllaeze a 27 ans.

Flaubert, come Zola, vont s’acoster de li. ‘ét a la trentaene passey q’il faet de son Maupassant le pus fort (6 romans e pas lein de 300 conteys) e q’il sera lizu hardi maez pour finir, qhession de portement, il decadit, aotant son corp come sa teyte. Den sez darraenes aneys, la foleriy le mene. A l’azile den lez darraens mais, il defunte en julhet 1893.

La Normandiy, lez fames, la maltournance revenaent maent’yûne fais den sez ecririys. La contey q’ét tourney ici, la Poùr, ét yûne dez pus belles de l’ecrivouz. Ol a étae baniy od les Contes de la Bécasse en 1883.


LA POÙR

Ça taet en France a l’ivern ici, den ûne foreyt sus la soulaere d’a haot. La neit érivit deuz oures de pus vite, tellement coume il fezaet troubl. J’avaes a me mener un payzant qi marchaet od mai côte-côte, den ûne falhiy rote, par dessour ûne houte de sapins qe le vent démontae baolaet deden. Par entr lez dibes, je veyaes dez nubls filer sus le temp, dez nubls efferfolaes q’avaent mine de s’ensaover coume dez perdus. Dez fais, cant il passaet dez venteys escarabls, toute la foreyt termaet-pllaegnaet a corgner du memme côtae. Je mouettaes, je taes od un grand mantèo, e je genilhaes pâmaenz.

Je devaem souper e passer la neitey cez un garde den la foreyt qe son ôtae taet pus ben lein de nouz. J’alaes ilae, ça taet pour chacer.

Ûne fais le temp, mon menouz rederçaet sa teyte a regarder a haot e mourmonaet : “Temp de gheuz !” Peis, il me caozit du monde qe j’arivaem cez yeùz. Le pere avaet tuae un colettouz deuz ans de pus vite e, dudepeis le journ-la, il taet en soreriy, coume bârzae sus ûne souvenance. Sez deuz fieus qi taent mariaes, s’entr vivaent catë li.

Il fezaet nair coume terre. Je vayaes pus ren ao devant mai, entourn de mai pas pus, e toutes lez rameys a s’entr tocer ne decessaent pas de mourmoner den la neit. Pour finir, je vizis a vair ûne chandelle e t’t-a-l’oure aprés, mon parion toqit a l’us. Dez mezès s’épicrayirent a nouz répondr. Peis, ûne voêz de bounoume, ûne voêz couverte, demandit : “Qhi q’ét la ?” Mon menouz dounit son nom. J’entrime. Jamaez core veù du cai paraelh.

Un vieuz bounoume od son pailh bllanc e sez uelhs tout égaraes, son fuzilh charjae den sa maen, taet a nouz esperer chomae den le mitan de sa qheizine, en memme temp come deuz grands marmules restaent a garder l’us od dez haches. J’arrivis a vair den la troubllour un coupl de coêfes a deuz jenuelhs den un racoen, lour naez tournae contr le mur.

Nen s’entr espliqit. Le vieuz abecqit son arme contrement le mur e coumandit de faere ma chambr. Peis, coume lez mezès demeuraent san boùjer, il me sortit a coup : “Vay’ouz, Monsieu, j’ae tuae qheuq’un y a de ça deuz ans ad neitey. L’aotr aney, il ét venu m’ahucher. Je sei a l’esperer core é sair.

Peis il sortit core en pus sus un aer qi me fezit chaorire: “De celae, je durom pas tranqhile”.

Je l’amoulaijis coume je pouis, benaeze d’étr venu le sair-la, justenément, e de rester a vair ste poùrey de malcreyance. Je dizis qheuqes contes e j’érivis a mettr a pu prés tout le monde d’apaez.

Aoprés du fouyer, un vieuz chaen caziment aveugl pour ben dire, e moustachu, yun de cez chaens qi retirent a du monde de la qeneùe, taet a dormir son naez ramassae entr sez pates.

Dehors, la tempeyte qi soufflaet ao pllein, se toçaet den la petite maezon e par un falhi carraod, ûne maniere de bouline prés de l’us, je vayis tout d’un coup den la luour a de grands éparcs toute ûne farfoulheriy de brousseys de sapins bousqhetteys od le vent.

Malgrae la peine qe je me dounaes, je sentaes ben qe le monde-la taent tinz par ûne qerveriy de poùr époùrante e a chaqe fais qe je decessaes de caozer, il piqhaent l’oraelhe tertous a acouter ao lein. Lassae de lez vair si beyte a s’époùrer, je ‘taes pour demander a aler me coùcher, cant le vieuz garde degandit de sa chaere d’un saot, empognit son fuzilh de retourn en bergouçant coume un perdu : “Le v’la ! Le v’la ! Je le ouais !”. Lez deuz mezès rechaeyirent a deuz jenuelhs den lour racoen en ramassant lour fighure ; e lez garcs de rempogner lourz haches. Je ‘taes core pour assaeyer a lez défoùcher cant le chaen s’éveilhit a-coup, dercit sa teyte, s’écoùlit e a regarder devers la fouey od sez uelhs presqe manqaes, il partit a loùler un bout de temp, de yûne dez loùleriys-la qi font brocher le pailh ez courouz de neit, par lez chemins, le sair. Je nouz tournime tertous a regarder devers li, il restaet cobae maezei, choumae sus sez pates coume prinz par ûne avairiy e il repartit a loùler sus qheuqe sembllant, qheùqe cai de déqeneù e de net heriçant probabl qer il demeuraet brochae de tout son pailh. Le garde, nierje come pas, huchit de memme : “Il ét a le sentir ! Il ét a le sentir ! Il taet ilae cant je l’ae tuae”. E lez deuz mezès perdues de poùr partirent toutes deuz a loùler od le chaen coume si lez sorciers taent sus lour dos.

Malgrae mai, ûne herice me passit den l’echine. De vair la beyte-la, den l’endreit-la, a l’oure-la, enmeyle du monde perdiciounae, m’effervaçaet net.

Aloure, ûne ourey de temp, le chaen loùlit san boùjer. Il loùlit coume si il taet a reybller od le qheur étreint ; e la poùr, la qerveriy de poùr étaet sus mai ; la poùr de qhi ? je sae-ti ? ça taet la poùr e peis vaila.

Je restime de memme san boùjer, verdoêz, a nouz atendr qe du vilaen taet a s’ariver, lez oraelhes piqheys, od le qheur qi doçaet, terboulaes dés le pus falhi brut. E le chaen se mint a tourner tout entourn la piece, a sentir lez murs e tenant a gneùler. La beyte-la nouz fezaet foler ! Aloure, le payzant qi m’avaet enmenae sortit sus yelle, fou finit od la poùr, e en ovrant un us qi dounaet sus un pâtis, laz bercit dehors.

Ol se taezit dés aossitôt. E la taezeriy qi se montaet entourn de nouz nouz fezaet poùr ben pus fort core. E tout d’un coup, je sortime manierement a haot : qheuq’un taet a se mucer contrement le mur du côtae de la foreyt ; peis il passit ao long l’us, q’il tâtonit sembl-ti, sa maen come a cercher. Peis pus ren durant un coupl de minutes e j’en taem ternobiaes ; peis de s’amener de retourn, tenant a rifller contr la muralhe ; il graetit qe de memme, coume ûne garçalhe od sez ongls ; peis tout d’un coup, ûne teyte s’arachit ao carraod de la bouline, ûne teyte bllanche od dez uelhs berluyants coume ç’araet étae yeuz d’ûne beyte faove. E ol sortit un son de sa goule, ûne bourboutey coume termer, mourmoner, ou pllaendr.

Aloure, ûne petey petante partit ao pllein de la qheizine. Ca taet le vieuz garde q’avaet tirae. E dés sitôt, les garcs courirent a viendr boucher la bouline en derçant sus bout la grande tabl q’il apalirent od le basset.

E je vouz jure dez piets e dez maens qe sus le coup de la panrey e qe je m’atendaes pas, je sentis mon qheur, mon corp, mon âme s’étreindr si tellement qe je sonjis de chaern de febllesse e qe j’alaes mourir de poùr.

Je restime cobaes de memme diq’a la piqe du journ, san pouair boùjer, san souner mout, raides de poùr san savair qhi dire ni qhi faere.

Nen se decidit a débarrer l’us q’en vizant a vair un falhi journ a raire par la ferlace d’un abat-journ.

Ao piet du mur, contrement l’us, le vieuz chaen taet égalhae od la goule cotiy par ûne bale.

Il avaet dehori de son pâtis en ragalant par dessour ûne palisse.



Appel du dictionnaire
Mot exact (*) à traduire:

(*) si nom propre, insérer un blanc avant la saisie pour conserver la majuscule
   


Si besoin des services complets du Dictionnaire :