ACADEMIY DU GALO

Academy of Gallo




The Little Library

La paije tourney

"Aquis Submersus" by Theodor STORM

An unknown word?        Use the Dictionary services in the footer !


Theodor STORM


Theodor STORM

Il denaqhit en 1817 den ce qi taet a temp-la le Danemark. Son pere taet den la jujeriy. Il ét l’aeynae dez efants e sera ureuz de son jeune temp. A son tourn, il se mettra den la jujeriy en passant avouae ûne fais en âje.

En 1848, malcontent aprés la nouvelle constiqhucion du Danemark, il va dépayzer pour s’aleuter en Prusse eyou q’il sera a faere le juje. Il s’en retournera a Ulsum, vile de naessance, neuf aneys aprés, tenant pour faere le juje. Maez en 1880, il revienra en Prusse pour mourir ilae en 1888.

Qhession d‘ecrivaije, il a ecrit dez poieteriys hardi e dez romans courts. ‘ét lez veilhes lejendes qi le portent a ecrire, paraelh come son temp de garçalhe. D’étr emmarae a son payz, ça qi le mene etou. Maez il a seù pousser sus l’etude de la sonjeriy a sez personaijes core en pus.

Aquis Submersus ét l’istoêre d’ûne garçalhe nyey de la faote a son pere de nature. Sti-ci, den la passey qe j’om tournae ici, come il ét peinturouz de métier, ét a peinturer le corp mort a son efant : ûne passey dez pus amaonissantes den un livr maerqae od un transport d’amour qi ne peut se mener a bout.


NB : la tournaezon-ici, ol ét pas depeis l’écrivey d’orine, maez de sa baniy en françaez de 1929. A remerqer qe l’ouvraije a étae tournae en berton etou od Per Denez.


AQUIS SUBMERSUS

De tant belle oure qe j’avaes dematinae a partir, je terouis pâmaenz le pasteur a m’esperer, choumae sus son sieulh d’us. Le temp de monter a le suedr diq’a haot, il me contit qe le pllanchot taet ben rendu, e qe la chieuvr e le restant de mez afutiaos avaent étae remmenaes de la demeurance ao sacristin a ed-cite. De ça, sa maen se portit a décllencher l’us d’ûne chambr.

Je l’areytis mai pâmaenz a li dire de memme : « Si q’ét den la chambr-ilae, voul’ouz-ti ben me doner le tourn de rester tout soul pour ûne ouvraije si tant endemao ! »

« Pas aoqhun qi vouz détourberont. » q’il s’en vint a répondr e come il dehalit sa maen. Tout le cai qe v’arez bezein pour votr pension, vouz le treurez den la piece-ilae, pus lein. » Il m’amontrit un us a doner de l’aotr côtae du colidor, peis il partit a se naler.

Ça fut ma maen a mai qi fut a se porter sus le cllenche, en pllace de yelle ao pasteur. Den l’ôtae, ûne taezeriy mortuale taet en reigne ; me falhut me reprendr ûne berouey de temp, avant qe de décllore.

Ça taet ûne grande chambr, démeublley pour ben dire, pour lez leçons de catechism probabl, od dez murs dépoulhaes-nus, chiqetaes od un bracis de chaot ; lez coêzeys dounaent, par pus lein qe lez cllos déconsolants, sus la côte net ao lein. Maez, den le mitan de la piece, ûne chapelle bllanche avaet étae montey. Sur l’orilher, la fighure verdoêze d’un efant taet a jac od sez uelhs cllos. Entr le nierje de sez lipes, lez ratines taent si tant mirantes a berluyer.

Je chaeyis a deuz jenuelhs ao devant du corp mort de mon efant e je partis a perier prie qi ne prie. De ça, j’appietis toutes mez atrimelles, come ça taet métier pour mon ouvraije ; e peis, je partis a peinturer ; a grands coups de pinçaot, come il avient pour lez morts q’amontrent pas jamaez deuz fais la memme chiere. Ûne fais le temp, den la grande piece qi ne decessaet d’étr ébrutey, je me prinz a tersaoter od la poùr ; maez come je levaes mon pinçaot pour acouter, je me minz a sonjer vitement qe y avaet pas zeù de brut herme. Ûne aotr fais core, ça fut come si un maniere de respire se fezaet a ouir a mon oraelhe… Je m’aperchis de la chapelle, maez cant je m’acantis sus sa petite goule verdoêze, ren qe le freid de la mort venaet a friler ma jot.

Je regardis par alentourn de mai ; y avaet core un us aoterment a la chambr ; il devaet mener a ûne chambr a dormir, saeben, e ventiers ben qe le brut taet venu de par ilae ? Maez come je taes assordi a rester en acoute, je ouayis pus ren ; ça devaet d’étr den mon chuchot.

Je me siétis don de retourn, restis a mirer du petit corp e recontinuis a peinturer ; e, a vair sez menettes sus lour long, ren den yeùz, sus le linceul, je sonjis : « me faot pâmaenz faere un perzent a mon efant ! » E sus son poltraet, je peinturis en pus den sa menette ûne fllour de ribote come si, a jouer od yelle, il araet s’empafer. Dez fllours de memme se terouaent pas ghere ez entourns, ella araet faere un biao perzent ben de façon. De sentir le levaen bas, ça qi me fit dételer de mon ouvraije ; mon corp alianti avaet afaere de se recaopir.

Aloure de celae, je minz a bas od ma peintureriy e partit franc devers la piece qe le pasteur m’avaet enseigney. Come je taes pour rentrer, j’en restis den la porte, échohi net. Dreit ao devant de mai, ça taet Katharina. Ol portaet le deulh, ben vrai, mez sa chiere rayaet od l’eurance e l’amour ni pour ça.

Maleureuz ! Je ne m’en avizis qe trop vite. Ce qe je taes a vair, ça taet qe son poltraet, sti-la q’ét mai qi l’avaet peinturae d’aotr fais. Sti-la etou, il avaet étae qhuzetae de cez son pere !… Maez Katharina, eyou q’ol pouaet ben se terouer ? Ol taet-ti embarrey ici ? Ol avaet-ti étae envyey alhours ? Je demeuris ben du temp a zuner du poltraet-ilae ; je me remettaes du temp de d’aotr fais, ça qi me portaet si décordement ao qheur. Pour finir, come je n’n enduraes bezein hardiment, je manjis un chantèo de paen a la foureriy, envalit un coupl de verreys de vin, e de retourn a l’ouvraije entourn mon fieu sus sa pllanche.



Dictionary Services
Precise (*) word to translate:

(*) if proper noun, insert a space before the entry in order to preserve the capitalization of the 1st character
   


If you need full Dictionary Services: