ACADEMIY DU GALO

Académie du Gallo




La Petite Bibliothèque de l'Académie du Gallo

La paije tourney

"LE CHATÈO D’ARGOL" de Julien GRACQ

Un mot inconnu ?        Utilisez les fonctions 'Dictionnaire' en bas de page !

Droits réservés

Grâce aux Editions CORTI, le présent extrait du Château d'Argol traduit en gallo vous est offert en lecture gratuite uniquement sur le site de l'Académie du Gallo.

Toute copie ou téléchargement est strictement interdit.

Tous nos remerciements aux Editions Corti pour leur soutien dans ce projet ainsi que pour les illustrations fournies.

Copyright © Editions CORTI, 1938



Julien GRACQ


Julien GRACQ
© Allard, Editions CORTI

Julien Gracq ét un ecrivouz anjevin qi denaqhit en 1910 sour son nom d’orine de Louis Poirier.

Dés tout garçalhe sus lez bords de la Laire, il aemaet a leire, Jules Verne a étr son ecrivouz le mieuz aemae. En liçae a Nante, il sera net un bon éleve, core qe sa viy de pensionaere li faet donjier.

Agrejae d’istoêre-jeiografiy, il fera le professeuz a Nante, peis a Qhimper de 1937 a 1939. ‘ét ilae q’il va se mettr a son permier livr : au Château d’Argol. Ella li vint come de le dire presqement e c’ét den le coup q’il va prendr la signoriy de Julien Gracq.

Perpozae a Gallimard, sti-ci va le renier e Gracq le fera banir cez José Corti.

‘ét un roman terversembllant od treiz personaijes, lez deuz oumes a avair ûne haïnje entr yeùz a caoze d’ûne filhe mouêze. Pas herme de conte-a-conte den le roman, ren qe de la depinglleriy e pour finir, un assazinaije. Tout le long du roman, nen sent ûne jeïnance, du vilaen en pendant.

Den la passey-ici, Albert arive ao châtèo d’Argol e j’om ûne depinglley du payzaije od ûne idey du jeu qi va étr menae den le roman.


LE CHATÈO D’ARGOL

© Editions CORTI

La saovaijeriy e la dezerteriy du payz eyou q’un coup d’arive si tant baroqe venaet de l’avolaijer pour un coupl de mais ne manqit pas d’éveilher son esprit détabutae a marcher berdi-berdaod. Sus sa dreite, de la mere-lande s’égalhaet raz la terre, qe son jaone fort gardaet a zuner. Dreit-ci dreit-la, l’aeve joraet den dez mareys plleines d’erbe e sus lez bords, dez pllatins ragotus taent de cai de mieuz pour mettr son piet entr lez bourbanes. Sus le bas du temp, le terraen pleyaet come a partir a remonter ûne maniere de barre debassey qe l’uzeùre avaet entalhae un coupl de peraniys surhaoceys deden. Le sourai sus sa devaley enjaonissaet mirabilha l’erbe raze ez montaegnes-ilae : a haot de yeùz, dez dibes de grès brochues, dez empileys de belions a maitiae dégramatizaes, mordaent sus le temp od lour denteùre den tous sez detalhements ; ûne aer safr, la luzayance du cieu maniere d’arjentae od la grande aeve perchaene qi se reflletaet deden, balhaent come ûne aer d’aotesse ez sombreùres dez montaegnes-ilae. Sus sa gaoche, dez boêz tenierjes e amaonis qe ça taet dez cheynes pus fort, e eyou qe dez sapins nairs e heingrs fezaent nombr etou : nen ouayaet san lez vair dez ruziaos a coure deden, maez Albert fut émayae od si petit d’oêziaos a subller pas pus fort q’ûne falhiy sublley sorouze. Ûne haotiere perchaene qi se menaet come a suedr la route ben suelhue barraet la veùre du côtae-la : ilae dez piniers qi se detiraent long ûne line terve sus la creyt contr le soulai sus sa qhute, fezaent come de sourligner le fiù de la cotale od lour brancheùre d’araz e pestingante, e dounaent pour le moument sus le payzaije la doujieretae ebahissante d’ûne estampe du Japon. Le vent de galerne cepilhaet tant qe pus lez rameys de ste grivalheriy de foreyt a son apart, dez nublleys lourdes e greizaodes s’entr poussaent a coup, pas herme aoqhun a paraettr den ste contreys toutes soules de yeùz. De se sentir tout soul minit son âme a Albert pour en finir, de ça, ao coup q’il vizit a vair travers la grelley dez rameys e se creùt den le cas d’aconaettr, a la docey q’il savaet pas diq’astoure a son qheur, lez tours ao manair d’Argol, il s’en terouit come recaopi e memme reconaessant – si nen veut jouer od l’amaen le pus rafinae du mot come j’om veù.

Le châtèo taet piqhae ao fin bout de l’aeghu rochouz qe Albert venaet de passer devers li. Ûne sente y amenaet, terti-tertant, un chemin de berouette, e venaet brancher a gaoche de la route. Ol vircoêttaet qheuqe temps den ûne noe étreite, qe Albert ouayit lez gernoulhes a pllunjer ao coup q’il arivit. Eprés, la sente abordaet par un roqhet lez fllancs de la montaegne. De ça, pus un brut a se faere ouair a temp-la. Dez brousseys de foùjere haotes come un ome s’entr tenaent a border la sente, sus chaqe côtae dez ruziaos cllers come en sonjeraet pas couraent sus un fond de calhes san mener de brut, dez boêz foulhus étreignaent le chemin den sez vircoêts lez pus vircoettouz sus lez côtieres de la montaegne. Tout le temp q’il taet a monter, la tour la pus haote du châtèo, a baler en dessus dez devaleys fondes qe le vyaijouz termaet a cheminer, afrontaet lez uelhs od sa masse malgrâcieuze presqement, montey en tufèo brun e greiz cimentaes manierement e pertuzey od dez coêzeys ûne fais ou la, ça qi finissaet par amener ûne jeïnance qe nen pouaet toute peine durer de yelle. D’a haot du gabion-ilae a garder lez sapins émoutaes e a lour tout-soul, un veilhouz a zuner lez enqhetteys d’un vyaijouz pouaet pas le manqer aoqhûne fais den lez vircoetteriys vircoettantes de la sente, e si qe ça taet la heïnje qi fuje mussey a esperer den la tour-ilae un vizitouz en qhute, sti-ci taet grandement en risqe ! Lez qerniaos de ste tour ronde conseqente, montey od dez dales grossieres en roche de graen, restaent tenant a sourder dreit en dessus de la teyte ao cheminaod a herqeler sus son roqhet tirant, e merqaent core pus fort coment qe lez nublleys greizes e grasses faraent sus le temp pus fort core a chaqe coup q’il passaent par sus yeùz.


(bani od l’assent dez "Editions Corti")



Appel du dictionnaire
Mot exact (*) à traduire:

(*) si nom propre, insérer un blanc avant la saisie pour conserver la majuscule
   


Si besoin des services complets du Dictionnaire :