ACADEMIY DU GALO

Académie du Gallo




La Petite Bibliothèque de l'Académie du Gallo

La paije tourney

"La Peste" d'Albert CAMUS

Un mot inconnu ?        Utilisez les fonctions 'Dictionnaire' en bas de page !

Droits réservés

L'Académie du Gallo remercie les Editions GALLIMARD pour avoir autorisé exceptionnellement la traduction en gallo d'un extrait de 'La peste' d'Albert CAMUS, ainsi que la Succession Camus pour leur accord et la fourniture de la biographie d'Albert CAMUS, que nous avons traduite intégralement.

Le présent extrait en gallo est en lecture gratuite uniquement sur le site de l'Académie du Gallo, et toute copie ou téléchargement est strictement interdit

Copyright © Editions Gallimard, Paris, 1947
Site de Gallimard : édition Folio de La Peste




Albert CAMUS


Albert CAMUS
© Collection Catherine et Jean Camus,
reproduction interdite

Seissante ans aprés qe y a pus de li, Albert Camus reste core un marqant pour l’ecrivaije den le monde entier.

Denaqhi a Mondovi en Aljeriy (françaeze a temp-la), il a pas un an cant son pere se faet tuer a la batalhe de la Marne. Elijae od sa mere e sa grand-mere de son côtae a yelle, il creyt a Aljer den un cartier de pôvrs. En memme temp come sez études sus l’écrivaije, il faet de son Camus den lez soêtes qhulturales a Aljer, a émouver deuz teiâtrs e a banir dez articls. Sez etudes finites, il faet le ghimentier e banit sez permieres rasserreys ez Editions Charlot.

En 1942, il laesse l’Aljeriy pour la France eyou q’il se met den la Rezistance od Combat q’il n’en mene le journao. Son roman L’ÉTRANGER e son assae LE MYTHE DE SISYPHE sont banis den lez memmes temps ez Editions Gallimard. Od lez pieces de teiâtr CALIGULA e LE MALENTENDU, il font la permiere safrey de l’euvr a Camus, tourney sus la dessienceriy de la viy de l’oume, q’ét la cintaene de la pensey a Camus. Il ét tout soul den lez pensouz de Galerne a deller sus la bombe atomiqe.

Ûne fais la gherre 39-45 finite, Camus ét de yeuz qi content le pus fort den l’écrivaije en France. Il passe aloure a la deuzieme safrey de son euvr, yelle de la regonceriy od son roman LA PESTE (1947), sa piece de teiâtr LES JUSTES (1949) e son assae L’HOMME RÉVOLTÉ (1951). Den le darraen ouvraije-ici, il va dagener ben dagener lez ideiolojiys, de cai qi fera q’il sera cartayae od lez pensouz de Pariz, le pus fort de yeùz a étr comunist a temp-la. Il recontinue a se monter contr tout ce qi peut d’étr totalitaere, a la Soulaere come a la Galerne, contr Franco justenément.

Pour tout son écrivaije, « qi faet a vair serieuz qe serieuz lez ohis d’astoure-ci pour la concience ao monde » (Academiy de Suède), e pour son combat pour la libertae e la dignetae dez oumes, il ét primae ao Priz Nobel en 1957. Den lez memmes temps, la gherre ét a se monter cez lez Aljeriens qhession de lour payz ao libr. ‘ét de cai qi li rouche le qheur a Camus, e il ara biao hucher pour ûne décroche pour lez civils come pour ûne Aljeriy federale qe lez Uropeiens, lez Arabes e lez Berbères pouraent s’entr vivr od lez memmes dreits, il sera pas oui. Mal comprinz, minz a cartier, il détele sus la qhession-la.

Il ajhete ûne ôtae a Lourmarin den le Meidi de la France en 1958 eyou q’il enraye od un roman LE PREMIER HOMME. Le 4 de jenvier 1960, a s’en ervenir de la, Albert Camus mourt den ûne tocey de chârte. Il a 46 ans. Son roman q’a pas étae ranjae a bout sera bani en 1994.


La passey qe je vouz davançom ici ét dehaley de LA PESTE. ‘ét ûne ouvraije veùe come la parabole de « la peste brûne » qi taet en reigne sus l’Urope qheuq’aneys avant sa baniy. Den lez paijes a suedr, il sont deuz personaijes, Tarrou e Riou, qi vont s’entr erterouer pour dire lourz manieres de vair, e peis s’entr amiter a-coup avant qe de s’entr amarrer pour combatr le cours-de-mao.


LA PESTE 1

© couverture Le Livre de Poche,
édition 1969

La berdinghette dassonit a l’us. Le medecin souriettit a sa mere e partit a ouvrir. Den la troubllour du sas, Tarrou avaet mine d’ûne grande ours poulhey en greiz. Riou mint son vizitouz a passer a se sieter devant son burot. Il restit de li-memme de chomant par darriere son faoteulh. Il taent separtis par l’écllerante toute soule d’alumey den la piece, sus le burot.

‐ Je sae ben, qe Tarrou s’en vint derutis, qe je peus caozer dreit en dreit od vouz.

Riou assentit san ren dire.

‐ Den qhin’journs come den un mais, vouz raqhiterez pus de ren icite, v’éte pus pour vouz en chevir de ce qi s’arive.

‐ Ben vrai, qe Riou s’en vint.

‐ La sognance ét amarrey a la va-come-je-te-pousse. V’éte a court de monde come de temp.

Riou mint core q’il taet den le vrai de façon.

‐ J’ae aprinz qe la perfetture ét a envizer un maniere de service civil pour cojer lez ben portants a mettr part den la grande saoveriy.

‐ V’éte ben ghimentae. Maez le déhaet ét grand deja e le perfet reste en je-ne-sae.

‐ Pourqhi pas demander a dez benvoulants ?

‐ De cai q’il ont faet, maez ç’a pas havae ghere.

‐ Il l’ont faet pour dire q’il l’ont faet, san chonjer pus lein. ‘ét ça qi lour manqe, de l’engomiy. Il sont pas talhaes pour dez harias, pas herme jamaez. E lez medecines q’il inventent sont faetes toute peine pour un enchifernement. Si qe je lez laessom faere, il periront e nouz od yeùz.

‐ Ver saeben, qe Riou dit de memme. J’ae de dire q’il ont chonjae den lez prinzouniers pâmaenz, pour le cai qe je noumerae le bouzin.

‐ J’araes mieuz aemae qe ça fuje du monde ao libr.

‐ Mai etou, maez pourqhi fin de conte ?

‐ Lez condanaezons a mort me font donjier.

Riou regardit Tarrou :

‐ Aloure ? q’il dit de memme.

‐ Aloure, j’ae ûne amarreriy pour dez formaezons de benvoulants sus le sognement. Dounez-mai le dreit de faere entourn de ça e laessom la maniance de côtae. D’alhours, ol ét encanchey. J’ae dez amins un petit partout e il feront la permiere hoqeley. E je ferae de ma beyte come de juste.

‐ Come de just, qe Riou dit, vouz chonjez ben qe je sei en éveilh de faere mon renabl aossi mai. J’om bezein d’étr eïdae, surtout den notr métier-ici, je me charje de faere passer l’idey a la perfetture.

‐ D’alhours, il ont pas le choêz. Maez…

Riou restit a se chonjer.

‐ Maez ét un ouvraije qi peut d’étr perissabl, sa’ez ben. E den tous lez cas, faot qe je vouz avertije. V’ez-ti ben chonjae deden ?

Tarrou le regardaet od sez uelhs greiz.

‐ Qhi qe vouz n’en chonjez du preyche a Panelouz, docteur ?

La qhession taet pozey ben bravement e Riou répondit ben bravement.

‐ J’ae trop véqhu den lez opitaos pour me mettr de l’idey de punissement pour tertous. Maez, sa’ez ben, lez qertiens caozent dez fais de memme, san chonjer en vrai. Il sont mieuz q’a paraettr.

‐ Vouz chonjez pâmaenz, come Panelouz, qe la peste peut d’étr ben a bon, q’ol déboghe lez uelhs, q’ol force a chonjer !

Le medecin dodit de la teyte a s’enneyer d’esperer.

‐ Come pour tous lez maos sus la terre-ici. Maez le cai q’ét veritae pour lez maos den le monde ici ét veritae pour la peste aossi ben. Ella peut étr serviabl pour en ébelucer qheuq’uns. Pâmaenz, cant en vait la mizere e le deul q’ol amene, faot étr ternobllae, éveùrae ou ben foerouz pour se raezoner d’od la peste.

Riou avaet toute peine caozae pus haot. Maez Tarrou levit sa maen come pour le défâcher. Il chaorissaet.

‐ Ver, qe s’en vint Riou a heïjer dez épaones. Maez vouz m’ez pas réponu. V’ez-ti ben chonjae ?

Tarrou s’égalhit manierement den son faoteulh e avancit sa teyte den le journ.

‐ Crey’ouz en Dieu, docteur ?

La qhession taet core demandey ben bravement. Maez du coup-ci, Riou termayit.

‐ Nouna, maez de qhi q’ella a mine ? Je sei den la troubllour e j’assaeye a vair cller. Y a ben du temp qe j’ae decessae de prendr ella a rire.

‐ ‘ét-ti pas edla qi vouz reconnaet de Panelouz ?

‐ Je chonje pas. Panelouz se pare a étudier. Il a pas veù terfunter asset e v’la pourqhi caoze q’il preyche ao nom d’ûne veritae. Maez le meindr preytr q’a la maniance sus sez paroêssiens e q’a oui le roumion de yun a mourir chonje come mai. Il sogneraet la mizere avant qe de voulair n’en faere vair la saentetae.

Riou se chomit, sa chiere taet den l’orbiere maezei.

‐ Passom par la-dessus, q’il dit de memme, peizenfaere qe vouz voulez pas me répondr.

Tarrou chaomitit san se boùjer de son faoteulh.

‐ je peus-ti répondr od ûne qhession ?

Le medecin chaomitit a son tourn.

‐ V’aemez ben la devinance, q’il s’en vint. Aïe don aloure.

‐ Vaila, qe Tarrou dit de memme. Qheu caoze qe v’éte tant dévouae tout de vouz peisqe vouz creyez pas en Dieu ? Votr reponze m’eïdera ventiers a répondr tout de mai.


(bani od l’assent dez "Editions GALLIMARD")


1 - La tournaezon en berton (ar vosenn) faet chonjer q’en galo, la « boce » a ventiers étae dit pour la peste. Pâmaenz, le mot a pas étae erterouae pour noumer le mao-la. A defaot, j’om don gardae « la peste ». Maez il resteraet ventiers den la micro-toponimiy dez noms coume « la crei de la boce » ou « le champ de la boce » qi nouz eïderaent a en savair pus fort. Come nen vait, il reste core ben du cai a ghetter entourn le galo.



Appel du dictionnaire
Mot exact (*) à traduire:

(*) si nom propre, insérer un blanc avant la saisie pour conserver la majuscule
   


Si besoin des services complets du Dictionnaire :