ACADEMIY DU GALO

Académie du Gallo




La Pepineray: TEYTE


TEYTE


Du latin testa (objet en terre cuite, puis carapace des crustacées, puis crâne dès le III° siècle, puis enfin tête), ce mot a longtemps concurrencé chef (du latin caput) avant que ce dernier ne s’oriente vers un sens plus figuré.

Le gallo a aussi suivi cette orientation, mais son sens d’extrémité est plus affirmé en raison de sa proximité avec le breton penn et l’extension de cette langue sur l’actuelle Haute-Bretagne au Moyen-Âge.

C’est ainsi que la teyte d’un champ représente l’extrémité transversale, la teyte de réaije définit la ligne séparatrice entre ceux-ci. Il faut donc comprendre que ceci vaut pour la ligne formée par l’extrémité des sillons.

Répondant au breton qui l’entend au sens d’unité, le gallo le reprend aussi dans ûne teyte de salade (une seule salade).

Cette amplitude sémantique accorde à teyte un usage plus fréquent qu’en français comme dans pot de la teyte (crâne, calotte cranienne) ou un rume de teyte (un rhume de cerveau). On a de cai sus la teyte quand on a quelque chose sur la conscience.

On peut connaître les paroles d’une chanson de teyte (par coeur) comme on est parfois amené a calculer de teyte (mentalement). Mettre une idée dans le fond de sa teyte, c’est la graver dans son esprit. Et si on s’est mis den la teyte d’accomplir une tâche, c’est qu’on s’y est décidé. Avair sa teyte a écouter la radio est un signe d’attention, sinon elle peut diffuser son programme sans qu’on ait sa teyte a écouter, ce qui est alors une marque d’inattention. Votre interlocuteur ne vous en fera pas le reproche s’il a bone teyte (bon caractère). Par synecdoque, le tarif d’un repas est fixé à trente euros par teyte (par personne), par exemple.

On va rencontrer différents types de tête.

Il y en a qui ont la teyte come un coen de beurre (qui sont chauves). D’autres ont ûne teyte a rasserrer lez pataches (sont des têtes à claques). Ceux-ci n’ont sûrement pas ûne teyte a dire « vienz tu » (ne paraissent pas aimables). Tant pis s’ils me portent teyte (me boudent, marquent leur mécontentement par un visage expressif) si je leur dis que je préfère ûne teyte a coêffe (une belle fille). On rencontre aussi de temps à autre des gens qui n’ont pas ûne teyte a regarder le fond d’un pur (le fonds d’un puits, autrement dit une tête à sucer de la glace). Je pense qu’à cette affirmation, vous allez encenser de la teyte (opiner du bonnet).

A force de parler de tête, je sens que je vais avair la teyte come un malh (avoir mal à la tête). Ce ne serait pas surprenant que j’aie la teyte qi écartele (la migraine). C’est ce qui arrive à force de se chafourer la teyte (se creuser la cervelle). Je vais donc avair la teyte qi fûme (me prendre la tête). Il va falloir que je me défûme la teyte (me repose l’esprit). Le texte que vous lisez est bien du sang de ma teyte (de ma composition). Mais quelle runjeriy de teyte (brain-storming) ! Si je n’ai plus ma teyte den son element (si je ne me sens pas bien) ou si ma teyte se tire de son element (si je rentre dans un état second), ce que je vais vous écrire n’aura ni piet ni teyte (n’aura plus de sens). Je risque de haocer de teyte (perdre la raison, devenir fou). Rassurons-nous, cette perspective ne me fait pas grossir de la teyte (je ne vais pas me faire du mouron). J’espère seulement ne pas avair grosse teyte e febl esprit (vouloir paraître intelligent et être fat). De ma part, ce serait montrer que je n’ai pas la teyte entr lez cornes (je ne suis pas très malin).

En dehors du corps humain, on entend aussi teyte dans ûne teyte de beurre (une grosse motte de beurre). On se couche sur une teyte d’oreilher, sans doute par attraction phonétique avec taie, son équivalent français. La teyte de leit désigne le chevet du lit.

Une route mal entretenue voit parfois apparaître des teytes de chat (cailloux qui affleurent du bitume). Dans votre potager, vous pouvez trouver une pomme de terre dotée d’une teyte (une excroissance). À la fin de l’hiver, certains plants de poireau sont conservés pour la graine et sont donc surmontés d’une teyte de porey (boule sommitale rassemblant les graines). Plus rarement, la teyte peut désigner un gros nuage.

Certes, on retrouve le dérivé teytu comme en français, mais il peut être concurrencé par teytaod qui a une valeur plus péjorative (tu n’n as core du teytaod come t’és la !). On est d’ailleurs teytu come un berdin (un pou de mouton, alors qu’en français, on l’est comme une mule). Pris comme substantif, cet adjectif désigne le marteau de maçon.

Enteyter a le sens concret de griser, être capiteux pour un vin (il monte à la tête) et celui, figuré, de envisager, concevoir (se mettre en tête, en fait), d’où l’extension à « s’être préparé psychologiquement » pour avair enteytae (t’as-ti ben enteytae ça ?). De ça, il en découle qu’un vin est enteytouz (capiteux), qu’une musique lancinante peut devenir enteytante (assommante).


Le préfixe a- prend la valeur du préfixe en- en français devant le même substantif.

On a donc le verbe s’ateyter (s’entêter), le substantif ateytement (entêtement) avec les mêmes sens comme on a l’adjectif ateytae (entêté). Mais ateytae peut s’étendre au sens d’ « occupé mentalement » et, concrètement, être pris pour « disposé frontalement, en tête-à-tête » (il sont mal ateytey, tez braceys).


Le privatif é- (éteyter, éteytae) a la même fonction sémantique qu’en français.

Il est cependant plus attesté dans le domaine agricole : on éteyte un arbre, on éteyte les betteraves (en leur coupant la tête), on éteyte le fein (en le fauchant sommairement).

Teytey est un dérivé que ne connaît pas le français. Il désigne un coup de tête ainsi que la capsule du trèfle (dez teyteys de trefl). Au sens abstrait, c’est aussi une lignée, une branche familiale, ce qui entraîne même l’adjectif teytae (mon grand-pere, teytae Leroy,...).

Autre dérivé particulier : la teytiere. Celui-ci s’attache à des sens techniques différents. Pour le cheval, c‘est la courroie de la bride qui passe sur la tête. Pour le boeuf en attelage, c’était la partie du joug couronnant également sa tête. Pour le potier, c’était l’orifice faisant office de cheminée au-dessus de son four.

Teytot peut concurrencer têtard (botanique) mais aussi l’adjectif têtu (son féminin est alors teytoche). En allant plus avant dans ce domaine, nous avons la teyte de vipère (l’asphodèle), la teyte de poule (le séneçon Jacobée), la teyte-de-chevao (un des divers noms du chénopode).

Au niveau de la faune, la teytarde est ce petit poisson appelé gobie en français tandis que le têtard se traduit par teyte-de-marmote. Une espèce de mésange est désignée par la teyte-naire, sans qu’on puisse distinguer s’il s’agit de la nonnette ou de la charbonnière.

Plus rare, on entend aussi teyton (embryon de pomme de terre se développant à la place du germe) ou teytouz (bosselé, difforme ; dez pataces teytouze).


Nous terminerons avec quelques expressions supplémentaires (juste pour se défûmer la teyte ; voir plus haut) pour agrémenter notre propos :

a faere se brocher le pailh sus la teyte : exprime l’épouvante (parce qu’elle provoque le hérissement des cheveux).

avair la teyte paissey a la souiy : avoir une panne d’oreiller ou faire la grasse matinée.

aler ‘you qe la teyte vouz porte : aller où bon vous semble.