ACADEMIY DU GALO

Académie du Gallo



  

La petite bibliothèque de l'Académie du Gallo

"Le Lucèo"





    Le lucèo

    Nouao q’aperche. Nouz v‘la rendu ao temp dez prezents pour lez garçalhes, q’il n’n ont si tant q’il savent pus leqheu regarder permier e qe pour finir, il vont laesser de côtae dés un coupl de journs aprés. Le temp etou dez grand fricots od son monde. Le temp qe den lez rues dez viles, c’ét pus qe lumieres, chandelles e neions a vouz
ébeluetteraveugler
, si tant ébeluetter d’alhours, qe je vayom memme pus q’ét lez
pitaodsriches
q’en sont le pus fort a bien, de Nouao. E peis, ét le temp dez belles istoêres pour lez garçalhes, qe le pôvr gheuz finit par se reterouer
oure d’aezeheureux
come un prince, maez ella, ét qe pour lez belles istoêres, pas en vrae.

    Aloure, putôt qe de m’épllaere a faere lez pitiaes de memme, j’aeme mieuz me tourner devers une aotr saezon, memme qe yeuz qi me leiront seront d’assent od mai peisqe, coume tertous cant le vent megr lez
minglpince
a venir d’a haot, il sont etou a se dire : “Vivement qe nen ouait le coucou chanter !”

    E pus fort core, lez journs qe j’aeme le mieuz sont core yeuz qe le sourai
bélonjeétire
lez journeys pour q'il aqhitent diq’ez pus haotes oures de la neit bentôt. Pace qe je gaegnom dez saireys den lez moments-la qe la neit en finit pas de manjer le cller
gernuche a gernalhepeu à peu
e q’il rest pus qe la sombreùre dez cheynes den la troubllour du temp. J’arivom aloure den lez oures taezouzes qi seront pus freqenteys qe par lez beytes
neitacieresnocturnes
cant il aront comprinz qe le monde sont
a la qhutecouchés
e qe ren poura lez
détourberdéranger
.

    Le sair-la, j’avaem étae a une petite sairey, ma coêfe e peis mai, pas ben lein de cez nouz, e si perchaen memme, qe j’avaem étae de notr piet. Sa’ez ben, dez saireys de memme, nen s’entr tient a batr de la lange, nen caoze de tout e de ren (de ren de conseqent tourjous), maez ella
défutedistrait
le monde e écourte le temp. Si ben qe pour finir, il taet grand neit cant j’etaem pour nouz en retourner. A s’aracher dehors, je nouz rapelime qe ni yun ni l’aotr, j’avaem zeù l’esprit de prendr une
buettelampe de poche
pour tirer a vilaije. Biao qe d’ecllerer tard, lez
chandrouleslumières
de la vile taent tuey ça fezaet deja un moment de temp. Il fezaet cller d’étailes maez ça taet la nouvelle lûne. Den le coup, ça taet tout notr bien de conaettr le chemin e je partime d'un bon piet den la troubllour. L’aere taet doùce, pas d’aotr brut qe la
herboleriyfrôlement
de nos pas sus la route e, une fais le temp, le vol d’une
souric-chaodechauve-souris
a tracer en dessus de nos teytes entr lez
herdeysfrondaisons
a
s’acanters'incliner
de chaqe côtae.

    Lez cinq minutes de temp qe je mettime de memme avaent étae vrae haetante e je fume pas long a vizer a vair la sombreùre de notr couverture qi talhaet den le cller d’étailes. Je taem
amoêrdaeshabitués
a la troubllour maezei e je pouaem cheminer come en pllein journ censement.

    Je taes pour
halertirer
la cllae de ma pouchette cant je vizis a vair un
ferzilhaspoint lumineux
den la couley d’erbe ao devant de cez nouz. “Qhi qi
berluyebrille
de memme ? q’ol s’en vint ma fâme qi l’avaet veù parai come mai.

     Ella se tenaet a qheuqe
encaleyspas
e restaet
cobaeimmobile
.

     - Pas un chat tourjous, qe je m’en vins. Un chat borgne, j’ae pas jamaez veù, e peis m’ét aviz q’il araet deja
moughaedisparu
depeis
beroueyun moment
.

    J’aperchis de memme. ‘ét ren q’une fais rendu tout prés qe je comprinz. E je m’en terouis oure d’aeze. Ça taet un
lucèover luisant
, yun de ces luciaos-la qi berluyaent den la
foulhardefeuilles mortes
ao piet dez fossieùs den mon temp de garçalhe. Tout d’un coup, je me sentis retournae carante ans en arriere. Je n’n avaes pus veù dedepeis le rememberment, m’atend ben, e je sonjaes ben qe, parai come lez alouettes, je n’en revairaes pus jamaes den ma garciere de viy. Lez tretements lez ont
fiolaedétruit chimiquement
e il ont deù continuer a se vivr ghere qe den dez fins fonds eyou qe le chimiqe porte pas. Maez den
un carrèo d’otieùslotissement
come li eyou qe je me treu, ella taet
berluchimérique
pour mai d’en reterouer. Je demeuris de memme une berouey avant qe de me détourner a rentrer.

    C’ét tout benaeze qe le dormi me print qheuqe dis minutes aprés. Aneit core, cant je sonje deden, je me diz qe la falhiy
ferzilhelueur
du falhi lucèo d’un sair a la belle saezon vaot pour mai toutes lez beluettes eleitriqes qi sont a nouz
éveùreraveugler
lez temps-ici un petit partout den lez
leuslieux
de marchanderiy.

    Patrik Deriano