ACADEMIY DU GALO

Académie du Gallo



La petite bibliothèque de l'Académie du Gallo

Meliy Fristè (1798-1866)



    Nous tenons à remercier Paule BOULAIS, de la congrégation des Soeurs des Saints Coeurs de Jésus et Marie, plus communément appelée les « Soeurs de Paramé », pour nous avoir très chaleureusement autorisé à utiliser quelques informations publiées sur leur site web.



Meliy Fristè (1798-1866) : une Bertone
va-de-son-pietpionnière
pour s’entr élijer a partaijerde l'économie sociale
.


Mère Marie-Amélie Fristel
(source: congrégation des
Soeurs des
Saints Coeurs de Jésus et Marie)

    
Du temp de MeliyAu temps d'Amélie


    A la revolucion, en 1790, a
Saent-MâloSaint-Malo (Ille-et-Vilaine)
, il sont
endemaaffligé, attristé
de pas passer
cheu-leuchef-lieu
de departement, peis il ont pus l’
éveychaeévêché
, e diqa le coup d’etat du 18 brumaere 1799 (9 novembr), le payz ét
éqheissaedéchiré
a l’ennei qe de
s’entr pilerse bagarrer
qhession de politiqe e de relijion.

    ‘ét den un détourn de memme qe Marie-Amélie Fristel (ou ben Meliy Fristè) denaqhit le 10 d’otobr 1798 en deden de Saent-Malo (St-Malo intra muros),
écllozellebenjamine, dernière enfant
aprés sa seur Reine e sez freres Malo e Emile.     Sa familhe ét sortiy de
DouDol de Bretagne (Ille-et-Vilaine)
e s’orine d’un
lignaije de monde de loêslignée de juristes
(
notaeresnotaires
e
avouaesavocats
) od son grand-pere Jean Fristè e son pere Malo Fristè.

    En pllein den la ceremoniy de
déclloriyréouverture
de la catedrale de Saent-Mâlo, son pere
defunte a-coupdécède brutalement
d’une
sourayeyinsolation
den sez 46 ans, le 27 de novembr 1801.

    Passey veuve, la mere a Meliy Fristè va
mener pus petitréduire son train de vie
, maez en
fezant passerfaere passer ... permier = privilégier
l’ébeluceriy de sez garçalhes permier.
   Ol monte ao grand
RenneRennes (Ille-et-Vilaine)
pour sez fieùs pouair aler ao
liçae d’Empeirelycée impérial
e Reine,
la pus âjeyl'aînée
de sez filhes, sera encharjey d’
aprendrinstruire
sa petite seur.
    La familhe Fristè garde pâmaens sa demeure a Saent-Mâlo eyou q’ol revient une bande de fais, pour lez feytes de familhe tourjous come le mariaije de sa seur e la permiere comunion a Meliy.

    En 1816, la Madame Fristè lâche le grand Renne tout de bon pour s’en retourner a Saent-Mâlo od Meliy, la darraene de sez filhes.

    En 1818, edcid fut assentey od sa mere a pouair se dévoueyer a la relijion e la charitae. Lez
bone-seursreligieuses
a Saent-Servan, come il pouaent pas acertaener qe la mere e la filhe pouissent terouer a lojer ensembl, ella amenit a une
centaene q’il taent pas a s’atendrdénouement inattendu
 : le couvent a Meliy sera l’
ôtèo de la familhemaison familiale
.


Ûne viy
tenant sus pllacepurement locale
e meney toute a
se batr contrcombattre
la mizere


    ‘ét a
ParamaeParamé commune fusionnée avec St-Malo et St-Servan (Ille-et-Vilaine)
(comune q’
ét de yuneest fusionnée
ao journ d’aneit od Saent-Mâlo e Saent-Servan) qe Meliy Fristè a menae le pus gros de sa viy.

    Il taent hardi de monde ao XIX° siecl a
piler du gheuztirer le diable par la queue, être dans le besoin
en France e y avaet pas aoqhune
protaije socialeprotection sociale
. Meliy Fristè a seù vair lez bezeins pour son temp e pour le monde entourn yelle en sur qe tout.

    Od d’aotrs, ol s’ét emplayey a y avanjer de façon grâce
a sez jens q’ont seù l‘ébelucerà l'éducation reçue de sa famille
.

    Aprés
son mondesa famille
, c’ét ez
ParameiensParaméens (habitants de Paramé)
qe Meliy s’ét dévoueyey a lour eïder de grand.

    C’ét aprés sa mere defuntey en 1836 q’ol va desservir son temp ez euvrs de
calistradecharité
a Saent-Mâlo e Paramae, en fezant entourn de toute sorte de
povertaepauvreté
.

    Ol monte a Paramae une boutiqe de charitae qi doune de l’ouvraije de couture, une boutiqe qe l'
éveyqeévêque
e le conseilh de Saent-Mâlo
ont noumae pour yelle tout coumeont patronné
.

    A vair son ouvraije,
Henri LemariaéHenri Lemarié
, un
vieuz garc d’âjevieux célibataire
, decide le journ dez moês de 1844 de li laesser a sa mort tout son
menecaibiens (possessions)
e faet de yelle l'
eritierehéritière
du
demaene dez "Cheynes"domaine des "Chênes"
.

    Du journ-la, Meliy Fristè
montecrée
la
congregâcion dez Seurs de Notr-Dame dez Cheynescongrégation des Soeurs de Notre-Dame des Chênes
.

    En 1846, Meliy Fristè erite don de memme de la
pourpietaepropriété
dez Cheynes od un
pourprinzgrand terrain attenant la ferme
. Ol le décllora
dés rutisaussitôt, sur-le-champ
pour le monde d’âje e s’en servira pour sez euvrs en le ramarrant en ospice pour lez
anciens a mizerervieillards pauvres
den la campaegne.

    En 1853, sa
hoqeley a li eïderéquipe de collaboratrices
va passerse transformera
comunaoteycommunauté
relijieuze qi portera le nom de
"Saents Qheurs de Marie e de Jezus""Saints Coeurs de Marie et de Jésus"
.

    Raport ao conseilh q’avanje pas od lez eïdes, biao qe de li en rebalher pâmaenz, son istoêre a yelle li done le tourn de vair qe la
peire dez mizerespire misère
, ol vient du
dézempllaichômage
.

    Grâce ao
monde de son bordson milieu social
, ol monte une soête de
coutureriycouture
qi
balhera, pas dez aomônes, maez de l’ouvraijedonnera non pas des aumônes mais du travail
!

    La
venriy ben monteyvente bien organisée
de lour
fezisproduits
, je diraem astoure grâce a de la
marchanderiy marchandantemarketing efficace
, ameneront le
cllerjaeclergé
a lez apoyer e le
conseilh de la vileconseil municipal
a faere cas de yeùz e lez reconaettr.

    ‘ét ben haetant etou de remerqer qe Meliy avaet ramarrae une nouvelle
fezeriyactivité, production
pour
mettr sa boutiqe a durerpérenniser son atelier
 : la
rabieneriy de veilhe hardesrecyclage de vieux vêtements
en lez
raranjant a neurénovant
od dez jeune couturieres.

    Aprés eïder en bezeignant od sa boutiqe,
ol vait pus grandelle élargit son action
en
levant dez ecolescréant des écoles
den dez
paroêsses pôvrparoisses pauvres
.


Ûne viy
san brutmodeste
e une
fezeriy renoumeyaction reconnue


    Come il a étae dit une bande de fais, Meliy Fristè a étae
net fezanteefficace
grâce a son
ébeluceyéducation
, sa
conaessance du monde dez loêsconnaissance du milieu juridique
,
son rang den la societaeson milieu social
, e
sa façon de vair toute en umanitaesa vision humaniste de la société
.

    Od la populâcion a laz apoyer, peis le monsieur le
maeremaire
de Paramae, le
sour-prefetsous-préfet
de Saent-Mâlo e la prefecture de Renne, le 18 du mais d’aout de 1855 en
grand pontificalséance solennelle
a l'
Academiy FrançaezeAcadémie Française
, le duc de Noailles aloze le priz Monthyon rebalhae a Meliy Fristè.

    En 1856, a venir faere une vizite a Paramae, l’archeveyqe de Renne laz a remerciae d’avair prinz sus yelle d’amarrer dez petite écoles e laz pousse a recevair une
reconnaessance od l’Étatreconnaissance de l'Etat
. Od le conseilh municipal e l’éveycheriy, le dossier envyae ao perfet d’Ile-e-Vilaene ét confeirmae od le Conseilh d’État a l’about de 1858 e
Napoleion IIINapoléon III
signit le decret en feverier 1859.

    Meliy Fristè mourt le 14 d’otobr 1866 a Paramae sus une
ataqe de qheuraccident vasculaire cérébal
.

    Le 15 de mae 1976, le
pape Paol VIpape Paul VI
laz
conte come venerabldéclare "vénérable"
.


L’
erit a Meliyhéritage d'Amélie
Fristè


    Si son nom a Meliy Fristè ét pas coneù pus fort qe ça, son
erit ét tenant vivacehéritage est bien vivant
e
sa memoêre pas herme perdue a Paramaesa mémoire bien présente à Paramé
.

    Tous lez ans, la congregâcion feyte son journ de naessance pour le journ dez moês : une feyteriy l’aveyprey den lez
Jardrins a MeliyJardins d'Amélie
.

    Son ospice
a ‘tae ramarrae come de justa été bien évidemment transformé
, maez son
encherjeymission
de recevair lez anciens
se continue tenantcontinue toujours
.

    Malgrae lez
arus politiqealéas politiques
q’ont pezae sus la marche dez ecoles, l'
euvr d’ébeluçaijeoeuvre éducatrice
de Meliy Fristè
a tinz ben bravements'est toujours poursuivi
.

    Depeis lez aneys 50, la congregâcion
met la barreferme
sus lez ecoles qi passent pour le grand de yeùz,
sour le diocèzesous tutelle diocésaine
. En 2012, la congregâcion a veù redoner la darraene de yeùz.