ACADEMIY DU GALO

Académie du Gallo



La Petite Bibliothèque de l'Académie du Gallo

La paije tourney : "Germinal" d'Emile ZOLA


Un mot inconnu ?         Utilisez les fonctions 'Dictionnaire' en bas de page !


Emile ZOLA


Emile ZOLA
    

Orinae d’un pere italien qi defuntera en 1847, Emile Zola se treue orfenin a 7 ans. Il passera son jeune temp a Aix e s’endibonera d’ecrivaijes.

Rendu a Pariz, il bezeignera den la banisseriy Hachette, peis va se mettr a ecrire den lez journiaos.

Aprés 1870, ét tous lez ans q’il va banir un roman. Den le courant du Naturalisme, il va lever la defilandey dez Rougon-Macquart, dépinglley sociale de la societae a temp-la.

Il sera hardi den lez langes od l’afaere Dreyfus e son signalae « J’aqhuze » den l’Aurore en 1897. Il defuntera 5 ans aprés sus ûne nâfrey q’ét restey doutive un moment de temp.


La passey en dessour ici ét dehaley de Germinal, son roman le pus coneù bani en 1885, e depingl la mizere e la revolte dez miniers den lez mines de charbon.



Germinal

La bromey du tonerre s’aperchaet, la terre en trembllit, e Jeanlin taet qi galopaet devant, a bufer den sa corne.

– Arachez voz sentabons, la siour du peupl qi passe ! qe Négrel mourmonit. Il aemaet ben a coulevacer sus la poulhaceriy ao devant dez dames, maograe q’il taet portae pour la Republiqe.

Maez sa ferlurey s’adirit den le qenenmeyle de ragaleriys e de hucheriys. Lez fâmes avaent sourdae a venir, un mile de fâmes bentôt, od le pailh hubi, décrinae a coure, od dez peilhots q’amontraent lour piao, dez piaos de fumelles lassey-venjey de teurdr lez hards pour dez qerve-la-faem. Qhoq’ûnes tenaent lour poulochon entr lez bracs, le levaent a haot, le heïjaent come ûne baniere de deulh e de revenjance. D’aotrs, pus jeune, od lour goulier gonfllae come dez gherrieres, levaent lour bâton tout brandi ; tandis qe lez veilhes, hirousse, huchaent si décordement haot qe lez cordes de lourz coùs heingr taent come pour s’écourter. E lez oumes couraent a venir aprés yeùz, deuz miles afelonae, dez galibots, dez havouz, dez ramarrouz, tout den un blloq qi s’entr tenaent e s’entr serraent a rouler come de yun, tenant qe lez hanes délivanjey se conaessaent pus d’entr lez brocheriys de laene peilhotue, prinz yun come l’aotr den la terre e la poùssiere. Lez uelhs ardaent, nen vayaet ren qe le nair de deden lourz goules, a chanter La Marseilhaeze, qe lez coupllets se perdaent den ûne maniere de bûyey merqey ao son de la saboleriy de sabots sus la terre carney. Par en dessus lez teytes, entr lez barres de fer qi se derçaent, ûne hache passit, portey ben dreitement ; e ste hache toute soule, qi taet come le ghigne de la tropeley, avaet, den le temp éparae, la sombreùre vive de l’afiù d’ûne ghilhotine.

Qheu hirousseriy de teytes ! q’ol barnotit la Mme Hennebeau. Négrel s’en vint entr sez dents :

– Je veuz ben aler den le diâbe si j’en reconaes yun. D’eyou q’il s’arachent don, tous lez piants-la ?

E de ça don, ez miniers de Montsou, felae, lez dents a perche, un coupl de mais a durer den lour piao e ste déhorvayeriy endevey travers lez fosses avaent emmorfozae lourz mines de bounoumes en pyâchots de beyte faove. A temp-la, le sourai taet a se qhuter. Sez darraen rais afouae de bassoure rendaent lez grand pllaces sangllouze.Aloure, la route taet come a charrier du sang, lez fâmes, lez oumes decessaent pas de galoper, toulhae de sang come dez bouchiers en plleine tuaezon.

– Oh ! mirobiao ! q’il s’en vinrent entr haot e bas Lucie e Jeanne, émouvilhey od ste belle hericeriy qi aghignaet lour gout pour la belliesse.

Il s’éfoùchirent pâmaenz, il reqhulirent aoprés de la madame Hennebeau, qi s’etaet acorey a ûne aovale. A sonjer qe ça taet asset d’ûne zuney travers lez pllanches de l’us déhoençae pour yeùz se faere maçacrer, ol n’en taet toute dessaegney. Negrel, crâne d’amoêrs, taet q’il partaet a nierjir aossi li. Il n’en taet prinz d’ûne épouante qi taet pus forte qe li, ûne épouante de memme qe nen saet pas d’eyou q’ol vient. Den le fein, Cecile boùjaet pus. E lez aotrs, malgrae q’il araent mieuz aemae tourner lourz uelhs, il ne pouaent pas, il restaent paraelh a regarder.

Ça taet l’avairiy rouje de la revolucion qi lez emporteraet tertous, den sa faeynacion, ûne sairey de memme a l’about du siecl. Yan, un sair, le peupl débarrae, dételae, galoperaet de memme sus lez chemins ; e il mettraet le sang dez bourjoêz a derubller. Il pourmeneraet dez teytes, il essemilheraet l’ouor dez cofrs ébouzinae. Lez fâmes houleraent, lez oumes araent dez pyâchoers de loùp pour qheisser franc. Yan, ça seraet dez pilhotus de memme, ûne saboley qi saboleraet sabolant de memme, ûne tropeley effreibl de memme, od dez piaos tarey de memme, dez alenes qi empulantiraent de memme e qi tarjeraent le vieuz monde, lour bousqhettey de barbarins a le torcher propr. Dez bruleriys bruleraent, nen laesseraet pas ûne pierre sus bout den lez viles, nen retourneraet a la saovaijeriy den lez boêz, aprés la grande biraoderiy, la grande boudineriy, eyou qe lez gheuz, le temp d’ûne neitey, bouriaoderaent lez coêmelles e abrazeraent lez caves ez pitaods. Il resteraet pus rasse de rasse, pus un sou de la gheuzoney, pus aoqhun titr dez pllaces gaegney, diq’ao journ q’ûne terre nouvelle reghaenmeraet ventiers. Yan, ça taet du cai de memme qi taet a passer sus la route, come ûne force de la nature, e il en hapaent la tocey si grand emportante en plleine goule.





Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France


Appel du Dictionnaire
Mot à traduire:

   


Si besoin des services complets du Dictionnaire :