ACADEMIY DU GALO

Académie du Gallo



  

La petite bibliothèque de l'Académie du Gallo

Le lingala



    Largement ouverte aux autres langues, l’Académie du Gallo vous propose aujourd’hui de découvrir le lingala, une des grandes langues d’Afrique, via cet article écrit par Patrik en 2016.



     source: Wikipedia

    Le lingala, ça q’ét un langaije dez Bantous (de cai qi veut dire lez oumes) devers le Congo par la, den le mitan de l’Afriqe pour ben dire.

    Il sont 2 milions a le caozer dés tout-petit, maez 10 milions a
terouer le tourn de le preychertrouver le moyen de le parler
.
    Il sont don come catr fais lez nae-natifs a l’avair aprinz, de cai q’ét
signalae remarquable
qer car
ét râle de vair un langaije
s’égalher se répandre, diffuser
aotant
a-vair par rapport
a coment q’il s’avient a l’
enraisituation d'origine
.


    Pour faere q’il ét si emplayae, liz a falhu dez droles de détourns. ‘ét en alant devers le bas du XX° siecl q’il a si ben terouae son
assort essor
. Il a terouae deuz chemins pour en venir de memme : le politiqe e le qhulturao.
    Le politiqe permier, veù q’étaet le
langaije de tout-petit langue maternelle
de Mobutu q’a tout coume menae son payz sour sa baghette pus de 30 aneys de temp e qi
cojaet contraignait
son peupl a revenir pus fort devers
son orine ses origines
: l’Afriqe. Le lingala fut minz langaije nacionao e emplayae d’ofice den l’armey du Zayre.
    Qhession qhulturale, le lingala, une bande de chantouz ont chantae den le langaije-la etou, dez chantouz come Papa Wemba ou Werrason.

    Come de just e come den tertous lez langaijes (caozom pas du
chinot)français
, il n’n ét pus d’une sorte de lingala. Y a le classiqe pour comencer,
l’estandardle standard
, qe je diraem astoure-ci, sti-la q’ét d’uzaije den lez ecoles e
la ghimenteriyla presse
,
la maniancel'administration
. ‘ét den sti-ci qe la Bibl veù par l’Elize catoliqe, ol a étae tourney.

    Le lingala caozae, sti-la a un petit meins de gramaere, y a pus aotant d’acords. ‘ét lez missions protestantes qi l’ont amenae, od lour tourneriy a yeùz de la Bibl. De gros, diz-mai qheu Bible qe tu leiz, je te dirae qheu lingala qe tu preyche. Maez ét sti-ci qe le monde ont minz en uzaije pus fort den
le tous-lez-journsle quotidien
.

    E lez chançons, y en a maitiae pus den le lingala caozae qe den le cllassiqe. Ben sur, come le Congo a étae colonizae tout un temp, dez mots de lourz colonizouz ont étae reprinz, de yeùz du françaez e du fllamand peisq’il ont étae dez deuz langaijes dez Beljes
q’avaent minz la pate sus yeùz qui les avaient occupés
.

    Maez depeis y a pas longtemp, il se treu etou de l’angllaez e du portughaez (l’Angola se tient just a côtae) un petit a se mettr
manierementmachinalement
deden.
    Le lingala den lez viles empreyte joliment ao françaez, qhession d’adverbes tourjous. Il ét veù dez fais come un maniere de
pacheùpatois
. De cai q’ét peire core od le
frangalafrançais + lingala
, q’ét caozae od lez
hors-payz immigrés
e den qheuqe cartiers de vile, e qi revient un petit ao
frangllaezfrançais + anglais
, qhession de
se monterconstituer
tourjous.

    Pour ce q’ét de l’ecrire, le lingala a puzieurs façons e a pas core son
ecriture ren qe de yûneécriture unifiée
, un petit come le galo par cez nouz, don. Maez ét pas pour lez memme raezons.
    En Haote-Bertaegne, lez
caoze-galos gallophones
savent ben leire e ecrire tertous, en françaez tourjous.
    Ao Congo, savair sa
crei-de-Dieualphabet
, ça q’ét d’aotr jeu. E cant q’il apernent, ét en françaez ben dez fais, pas en lingala. De ça, le françaez en vient don a
acciper influencer de manière dominante
le lingala e nen retreu deden dez « ss », dez « ou », dez « ô » e ben du cai de memme.

    Aoterment d’aotr, chaqe dez
caoze-lingala lingalophone
ecrit etou selon son
parlement parler
un petit come le galo cant il ét mencion d’ecrire pour du monde de par cez sai. Pâmaenz il sont un cart de yeùz paraelh a ecrire en lingala cant c’ét lour langaije de tout-petit, de cai q’ét signalae tout coume.
    Lez
langajiers linguistes
d’Afriqe ont ben terouae un
chieu moyen, voie
pour ecrire lez langaijes d’Afriqe, le lingala de yeùzaotrs. La Crei-de-Dieu Enternacionale d’Afriqe, q’il l’apelent.
    L’
ohiproblème, défaut
, c’ét qe y a pas de
breche ouverture, disposition
pour faere rentrer lez lettrs od dez chapiaos (ô, è,…). Den le coup, lez
ecriveùres graphies
a la façon du monde populaires
ont prinz le pas sus lour
écriveùre de siençaesleur écriture normalisée / standardisée
. En pus de ça, la crei-de-Dieu, ol ét pas la memme entr yeùz. E peis, il n’n ét de yeùz etou q’ecrivent od la
lettreùre caractères d'imprimerie
Mandombe (j’en caozerae une aotr fais, pourqhi pas ?) e pas od la lettreùre latine.

    Bon, si j’assaeyaem de nouz mettr ao lingala ?
    Coment
tourner traduire
« je sei, t’és, il ét » pour comencer ? Nazali, ozali, azali. E pour dire « j’ae, t’as, il a » ? Nazali na, ozali na, azali na. Nen vait q’ét le verbe « étr » qi
tient de centaene sert de base, de fil conducteur
pour le verbe avair, um’ti come en berton, don. Drole de ça,
pas-dit ? = pari = n’est-ce pas ?