ACADEMIY DU GALO

Académie du Gallo



La petite bibliothèque de l'Académie du Gallo

Dom Leccis, un moêne berton den l’Istoêre de Bertaegne



    

Entamalh

source: Ecclesia n°204, mars 1966
     Ste-paije-ilae ét come pour une bone ecole pour mettr ao roule la cllasse de l’Istoêre de la Bertaegne q’ét pas aprinze e
laessey ben fortdélaissée
.
     Il ét caozance ici d'évenements de pas ben longtemp de l’Istoêre de Bertaegne, raport qe n'y a core dez bones jens, tout come mai, q'ont qeneù ste-ourey-ilae.

     La passey d'Istoêre-ci ét yûne q’ét écrite od Dom Leccis, un moêne berton ben a part e son nom ét tout come paissae ao ciun de la
bouiyabbaye
de Boqhen.
     Maograe qe lour
alozeyrenommée
a yun come a l'aotr ont passae hardiment lez marches de la France den lez aneys dis-neuf cent seissante, il sont
démarraestombés dans l’oubli
presqement depeis le temp-la.


Le decor

     La bouiy citercienne de Boqhen fut fondey ez abords de onze cent trente set od l’Olivier II, le comte de Dinam ; il taent pus d’un cent de moênes den sa meilhour ourey.
     Aprés le seizieme siecl, la bouiy va
decadirdécliner
raport ao temp dez gherres saeben e y ara pus qe le
periouzprieur
od sez treiz moênes deden a la Révolucion venante.
     En dis-set cent-catr-vint-dis, la bouiy fut vendue come un demaene nacional, péis laessey a l'aniole pus fort q'un siecl de temp e ol
raqhiteraservira
pus ren qe de
perrierecarrière de pierres
.
     En dis-neuf cent trente-sis, un moêne citercien, Dom Leccis, s’en revient pour
se bouter denprendre possession de
l'endreit en
chaitiruines
. Il va remettr Boqhen ao qheur de l’Istoêre bertone e uropeiene.

Dom Leccis, un moêne citercien pour
ramarrer ramarrantréformateur

     Le vint-sis du mais de delaere dis-uét cent catr-vint treiz, un éfant de petit nom Matao naqhit ao vilaije de Pontgam (Côtes d’Armor). Il fut le trezieme dez catr éfants a Leccis Presse e Jozefine Garnier.
     Aprés lez ecoles a Plleugena, Qhintin e Ghingam, il sera ordonae preytr en dis-neuf cent uét. Il a vint-cinq d’âje. Aprés sa
formaezonformation, éducation
a la bouiy de Timadeu (en Berhand den le Morbihan), il ét periae de venir a Rome par le Grand Preytr de Citeaux pour
pousser sus dez etudesfaire des études
de teiolojiy, de loê canoniqe e d’Istoêre. D'od un jezouite savant, le Pere Savio, il étudie sus lez orines de l'ordr de son
moustiermonastère
.
     En
s'abutantdécidant, se proposant
de relever la veilhe liturjiy citerciene (la Règl de Saent Benait), il passit
pere-abaeabbé
de Tamié den
le payz de Savoeyla Savoie (France)
en dis-neuf cent vint-treiz.
     Yûne dez merqes ben a part de ste net veilhe liturjiy q’il a en l’idey de
renouvrirrestaurer
, ét de suedr le soulai e lez saezons pour lez ofices relijieuz e le tarvalh come
Saent-BenaitSaint Benoît
avaet
atermaedéfini
. Maez
une ohiyun problème, une divegence de vue
sus lez missions espereys od le pape Pie XI le faet se decider a
partir franc dequitter
Tamié pour s’en aler a Boqhen.
     La partance-la
va mettr a pâtirsera le point de départ d'une crise
pour une berouey entr li e son Ordr.

Dom Leccis, un moêne batissouz e
renouvelouzréformateur

     En l’aney dis-neuf cent trente-sis, il arive tout soul den lez
faes-chaetsruines
de la bouiy de
Boqhen, a PlleneyBoquen, à Plénée-Jugon (Côtes d'Armor)
q’il qeneussaet ben de son temp de garçalhe.
Petit a la fais, d’aotr môenes vienront cante lu e
lez demeurants dez entournsles habitants des alentours
l’eïderont a
surveyqhirsurvivre
.
     Lez
comandouz den la relijionhiérarchies religieuses
regardent de prés le
coup d'assaeexpérience
de Boqhen q’ét
parlevaesoutenu
od Mgr Serrand, l’eveyqe de Saent Berieu.
     En dis-neuf cent trente-set, Dom Leccis faet feyter le uitieme centenaere de la bouiy e dez principaos de l'Iglléze, hardi de preytrs e dez pardonouz venus de la Savoey seront perzents a la ceremoniy. C'ét une surprinze e le Vatican ét alarmae.
     Maez le temp
vient de se détabuterest à l'apaisement
e en dis-neuf cent cinqante, la bouiy de Boqhen ét de retourn den l’Ordr dez Citerciens.
     De relever la bouiy, ça q'ara prinz trente aneys de temp presqement, depeis dis-neuf cent trente sis diqa dis-neuf cent seissante cinq, ao journ qe la bouiy sera consacrey d'ofice od l'eveyqe de Saent-Berieu, Mgr Kerveadou.
     Dom Leccis n'en ét de la ceremoniy maez sus une
civerettecivière
, peis il
defunteradécèdera
le permier du mais de novembr dis-neuf cent seissante cinq. Il sera
enterraeinhumé
dans l’iglléze de la bouiy.

Un moêne eritier d’une
filozofiy d'anciensphilosophie ancestrale
e un moêne
pas étonaehardi, engagé

     Dom Leccis ét venu a Boqhen ren qe pour
mettr ao rouledémarrer, mettre en projet
un
montiermonastère
. Maez il li done vitement une coulour du payz e petit a la fais Boqhen
gaegne le loza la réputation
d’un fouyer d'
espritance celtiqespiritualité celtique
.
     Dedepeis dis-neuf cent trente uét dica sa mort, Dom Leccis fut
drouidedruide
e
bedaodchapelain
dez drouides, bardes e ovates de Bertaegne. Il a étae dica recevair den sa bouiy le
Gorsedd kuzassemblée, réunion privée des druides (Gorsedd digor = réunion publique)
de l’aney dis-neuf cent cinqante treiz. La memme aney, Dom Leccis
met sus boutorganise
met sus bout le retourn dez
ossalhes dez saents bertonsreliques des saints bretons
gardeys a Pariz.
     Si pour li d'
étr prés-a-présproximité
od lez nacionalists bertons
a point jamaez étae un segretn'a jamais été un mystère
,
son enchevilhaije od lez ciuns de la Resistanceses liens reconnus avec les milieux de la Résistance
li-z a revalu d'étr qhite saeben od la maovaeze passey de la
puraezonépuration
aprés la gherre.
     Grâce a Dom Leccis, Boqhen fut a la fais un
haot leuhaut lieu
de l’esprit relijionaere e un haot leu berton den
un temp ou étr cller berton n'avenaet pusune époque où s’afficher breton n’était plus de mise
.

Féçon de mettr bout a finEn guise de conclusion

     Pour hardi de monde, e ben sur a Plleney, Dom Leccis a laessae
la remembrancele souvenir
d’un oume dur de travalh, jouaçouz,
fricaodmalicieux
,
vrae débarraetrès ouvert
e en surqetout d’un oume qi taet a ecrire une paije de notre istoêre, l’Istoêre de Bertaegne.
     Aprés un temp de grande
berluyanceflamboyance
od Dom Bernard,
q'a prinz aprésle successeur
Dom Leccis, lez lumieres vont se tuer ben vite sus ce haot leu berton, qi finit par se rencllore od dez congregacions
net cacheysnon communicantes
.
     Boqhen
s’empale den l’ombli come den sa foreyt tenierjes'enfonce dans l'oubli comme dans sa forêt sombre
en esperant q'il se déveilhe de retournen attendant son prochain réveil
!