ACADEMIY DU GALO

Académie du Gallo



    La Pepineray: le Piet


Le Piet


     Du latin pedis, le piet apporte en gallo des développements que ne connaît pas le français.

Les dérivés français apparaissent soit comme modernes (pédestre) soit comme surannés (tel pieter qui a donné piéton). Ce verbe reste en usage en gallo au sens de marcher, d’où une pietey (marche à pied, randonnée).

     Partant du sens propre, on retrouve épiettae (blessé au pied), pietalh (piéton, le gallo a préféré le suffixe –alh plutôt que –on). Parpiet (empreinte du pied) est emblématique, car formé à partir du préfixe par-. Il désigne au départ l’empreinte des piets des animaux (lez parpiets dez chevaos ; on vaira lez parpiets demaen matin den la neije). Son sens peut s’étendre à celui de trace.

     Lez autres dérivés se forment à partir du sens figuré, celui de l’assise, du point sur lequel on peut s’appuyer. C’est ainsi qu’on retrouve apietter (ranger méthodiquement, aligner par le pied). L’usage du terme était fréquent dans le monde agricole : apietter dez fagots, apietter une javelle, ce qui consistait à la construire en mettant la paille de même niveau à la base.
    Un sens secondaire existe, celui de couper une céréale par le pied (apietter, c'etaet le coùper a la maen par le piet).

    L’augmentatif est rapietter (regrouper des objets, les rassembler méthodiquement ; il rapiettaent le pus gros de graen). Les participes-adjectifs apiettae (aligné, disposé ; ton graen ét mal apiettae, du graen bilonjae ), rapiettae (rassemblé), en sont le prolongement.

    À l’inverse, dépiettae est relatif au manque d’appui. On entend par exemple que le blé est dépiettae s’il est versé. Le verbe s’étend au sens de faire tomber, renverser. D’où le sens figuré de consolider pour pieter (il ont pietae le brac).

    Ce sens figuré d’assise, de base solide est repris dans des expressions plus abstraites.

    Quand il n’y a pus piet a vivr, par exemple, c’est que la vie devient impossible. Avec le réchauffement climatique, notamment, il y aura de moins en moins piet a vivr sus la Terre. Des chasseurs face à des traces de gibier considèrent que y a du piet. Le sens peut donc s’étendre à des investisseurs qui peuvent dire qe y a du piet s’ils estiment être en présence d’un gisement de profit.

     Autre sens courant, celui de manche ou de poignée d’outil (le piet de la fourche, le piet de la faocilhe), d’où empietter (emmancher un outil), dépietter (le démancher).
    Ce dernier verbe s’entend aussi pour dépoter une fleur, une plante. Empiettement est le substantif le plus fréquent.
    Peu entendu, mais attesté, un apiet désigne un outil (mot à mot, qui dispose d’un pied, c’est-à-dire, d’un manche).

    Revenons à empietter qui a un champ sémantique remarquable.

    Outre l’outil, il est relatif à la chaussure qu’on met au pied. On l’entend aussi pour prendre racine ou mettre une femme enceinte (ce qui est analogique en un sens). On peut aussi empietter un boqhèo, un cadeau en embrassant la personne à qui on les remet. D’ailleurs, dans notre monde moderne, on peut étendre le sens à la signature d’un compromis de vente en affirmant qu’on empiette la vente.

     En matière d’élargissement sémantique, terpiet (trépied) recouvre aussi le sens figuré de trio.

    De nombreux autres termes se sont composés à partir de piet.
    Le sourpiet est l’élément qui retenait la guêtre sous le pied pendant qu’un coù-piet protégeait le haut du pied dans les sabots. Un secoue-piet est un paillasson.
    D’autres noms composés sont plus péjoratifs comme un piet-sour-tabl qui désigne un pique-assiette, un piet-de-beu qui réfère à un rustre, un péquenot ou un piet-de-pourcèo qui évoque une personne fourbe en affaires. Plus concrètement, un piet-de-coùtèo désigne un couteau (mollusque), un piet-de-vent, un nuage effilé blanc, une traînée nuageuse.

    Piet a aussi le sens de tige ou tronc pour un végétal (un piet de chou, un piet de cheyne).

    Du jan de piet, c’est de l’ajonc d’un an, qui dispose d’une tige assez solide. Mais c’est plutôt par métaphore que le terme est repris dans le domaine de la flore. C’est ainsi que la forme de la renoncule la fait désigner sous le terme de pied-de-poule ou piet-coq. On connaît aussi le piet-de-corniy (jacinthe) et le piet-de-grifon (hellébore). Le piet peut simplement s’appliquer à la queue de cerise (dez piets de badiys).

    À des termes français, peuvent se substituer des tournures.

    Aler de son piet, entre autres, traduit aller à pied pendant q’ûne route de piet désigne un sentier piétonnier (on prenaet une route de piet par la criyere ; une vyette, c'ét une route de piet ).
    La mauvaise herbe peut prendr piet sus le fourment, c’est-à-dire, empietter sur celui-ci, le dépasser (l'erbe naire, ol prend piet sus le bllae ).

    Une danse de Basse-Bretagne s’appelle le pachpi. Ce terme n’est que l’altération de passe-piet qui est aussi une danse de Haute-Bretagne.

    Une personne tenace ne lâche pas piet. Partir ao grand catr piets, c’est partir à toute vitesse, les quatre pattes à la fois.

    Parmi les autres expressions les plus remarquables, on citera rester en piet de pelle (rester à la traîne ; il ét restae en piet de pelle), jouer du piet cantë la fleùte (jouer à merveille, fonctionner harmonieusement).



Annexe
    Ce texte et les prochains sont davantage développés dans le livre "Come il dizent par cez nouz" de Patrik Deriano publié par les Editions Label LN.