ACADEMIY DU GALO

Académie du Gallo



(retour index)

La Petite Bibliothèque de l'Académie du Gallo

La paije tourney

"En pour de la poùr" de Georges ARNAUD

Un mot inconnu ?        Utilisez les fonctions 'Dictionnaire' en bas de page !

Droits réservés

L'Académie du Gallo remercie les Editions JULLIARD pour avoir autorisé exceptionnellement la traduction en gallo d'un extrait de 'Le salaire de la peur' de Georges ARNAUD.

Le présent extrait en gallo est en lecture gratuite uniquement sur le site de l'Académie du Gallo, et toute copie ou téléchargement est strictement interdit

  Copyright © Editions JULLIARD
   Site de JULLIARD




Georges ARNAUD


Henri GIRARD
licence CC BY-SA 4.0 par Emmanuel GIRARD

Lez deuz petits noms ici font la signorize d’Henri GIRARD, denaqhi en 1917.
    Orfenin de mere a 9 ans, il fera joliment de son Henri den sa junesse, maez il ét calae sus lez études, yeùz d’ecrivaije en sur qe tout. Mariae en 1938, den lez permiers temps de la gherre, il menera ûne viy de chenacier. Son pere a un châtèo den le Perigord a Escoire. Son fieu arive od li le 15 d’otobr 1941. Maez den la neitey du 24, le pere ét assazinae od deuz aotrs mondes. Le tort ét minz sus le fieu, mae il sera aqhitae od le tribunao. Il taet meins yûne q’il n’n taet condanae a mort.

A la fin de la gherre, od la viy q’il mene, sa baline ét vite manjey, bon q’il taet a secouer la genochey. De ça, il va moucher en Ameriqe d’a Bas en 1947. La viy sera durte pour li, a s’acoster de carabots.
    Il revient en France en 1950 pour banir son roman si tant coneù, « le Salaire de la Peur ». Le livr ara la voge, pus fort core od le filme qi va suedr.

Den le temp de la gherre d’Aljeriy, il ét du tourn du FLN. Il restera en Aljeriy en 1962 e revienra pour tout de bon en France en 1974, caoze q’il taet prinz de la paitrine.
    Aprés bezeigner core un petit pour la televizion, il terfunte sus ûne ataqe de qheur a Barcelone en 1987 eyou q’il taet a demeurer depeis 3 ans de temp.


Den la passey qe j’om tournae ici, Jerard, le Françaez q’ét de yeuz q’ont étae éloutaes pour mener ûne gamioney de nitroglicerine ét a runjer sus son ouvraije e coment q’il chonje de se haper. Il ét caozance de la poùr e coment q’al lez mene, son parion e peis li, aloure q’il venant qe de dérader.


EN POUR DE LA POÙR

© Pocket 2018
© JULLIARD 1950

La poùr. Al ét ilae, en force, grossiere e beyte de yelle, n’y a pas a s’en qhuter. Le feu ez hanes e pas pouair coure. Sement, la poùr, nen peut core se chevir de yelle : li dire nouna ; un mot de lettr en recomande du diabe, e nen l’envaye ez beloces. Al ét qi rest a se catir ao piet de l’us. Al faet sa musse par darriere, den sa qhuve de nitroglicerine ; depeis la, al ét q’al aghette. Al s’anije ben od ste trempas pour vouz qernabir a coup. Paraelh come un coupl de chats ou ben de tigrs qi font mine de dormir a sourfin de mieuz saotir just ao moment. Maez si q’ét l’égrilhoer q’égrilhe devant yelle, la poùr sera daobey, berdoulhe, il sera passae temp cant q’al arivera. Al ét pâmaenz qi rest ilae, taeney den votr dos, ajoubiy sour sa beulhe de grosse beyte blleuve, ûne vray fin-du-monde q’ét preyte a vouz cotir come de le dire.

Cotir, cotir, v’la le mot q’avient. Le capitaene se fit cotir od son batèo de gherre putôt qe de fadir ; yan, maez c’ét od de la poùdr qe ça taet… La poùdr, le combat od yelle, il ét pas de se faere cotir a voler en l’aer, il ét d’erchair san se bezilher. Aloure qe le coup-ci, ét la tocey qi tue de yelle-memme : il rest ren de race. Tant qe n’y a un esqelette, n’y a de l’espair ; ce qi rest a mine d’ûne jens tourjous. Un esqelette, ét come ûne amarre, marchande e tout, q’ét emmorfozabl oussi ben : un esqelette, ça qi peut se vendr, s’ajheter, se poulher. N’y a dez marchands d’esqelettes, pour lez étudiants sus la Medecine e lez grandes écoles. Aloure qe ste mitoney, al s ‘étrinchera…

Gobae paraelh come un tout fin brave de li, sia, n’iporte qheu brave de li pour ben dire : il sont ben aezaes a conter, lez siuns qi se sont faet a l’idey paravant. Le couraije, c’ét de continuer son chemin, cant nen-z en vient a s’avizer. ‘ét la q’al ét, l’erreur entr yeùz deuz. Memme pour la pllace du roê, Jerard se dédiraet pus maezei, il mettraet pus son renoncis. Il ét pour de ren, il n’a pas de merite herme. ‘ét de memme qe c’ét, il ét lu de memme.

Jerard, ça li feraet deulh de mourir, de la poùr-ilae, il se raezoneraet core de yelle un petit, de ste poùr q’a pas de détourns e qi laesse core de l’injin den le chuchot e de l’aobiche pour s’en chevir. Johnny, ‘ét ren qe la toute poùr q’ét en lu. Il padeniqe d’ûne sorte qe ça rest ao runje. ‘ét d’avair, ventiers memme ben ren q’ûne fais, senti ûne poùrey de memme qe le vieuz Jacqe ét pus lu devenu ren q’un pôvr essualh tout fin achaezonae.

*

*    *

Le Roumaen restaet tenant san dire mout. Il taet assordi a mener, maez il taet sèq a jouer de sez estruments. Come le gamion taet a mordr den la pente, il taet come si q’il craegnaet d’erpartir en arerre a chaqe fais q’il chanjaet sez vitesses. Od ûne force de memme den le moteur e si petit a porter, ç’avaet ni rime ni raezon. Aoterment de ça, le K.B., ça comenceraet manierement a li tirer dessus ren q’ez treiz vircouets en épilhe den le mitan de la côte. Dez sapraes maodits vircouets etou pas : prinze entr la ragane e l’acore, la route montaet a l’a-pic bentôt, e le braqement d’un maçacr gamion de memme laessaet tout just le tourn de maneuvrer ren qe par ûne fais den dez detournants come eùz-lad.

‐ Je te mets le falot de relai ? qe Jerard, il demandit ao coup q’il taent pour prendr le permier vircouet.

‐ Nouna.

Maez qhi q’il taet a bouiner ? Il s’areytaet ? Ben vrai, il se carrit a dreite, le moteur éteint, saqit sus la mecaniqe ; un coup brustal, ez darraenes, come si q’il taet pour perir. Ça manqit pas ; la masse du gamion toute peine bourdey, al comencit a reqhuler mine de ren, blloqey net, brandelit a aler de poêz sour le coup dez mâchoêres de marbr a serrer brustal. Den le coup, son qheur a Jerard partit a docer hardi pus fort den son ventr.

‐ Ben ! Qhi qe tu bouine ?

‐ Je vaz gâter mon iao.

Ûne carote q’il li tiraet, ben sur ! Ben trop de cafae, ben trop éfertoqae : Jerard, demeurae den son cabernot, se sentit pas morvouz a rester a l’acouter.

Le Livre de Poche
avec © JULLIARD 1950

E come de just, Johnny pissaet pas herme. Il avaet zeù poùr du vircouet. Il avaet voulu, ou ben passer le démûltipliant avant, ûne fais areytae, ou ben just laesser le volant a Jerard pour le maovaez passaije. Il fezit mine de se rebraenghetter a revenir devers le gamion.

‐ Tu erprend aprés mai, le vieuz ? Je comence a étr lassae.

Alentae deiz-set qhilomètrs aprés partir ! Jerard se poussit sus la banqhette a se mettr ao devant dez manettes. Sour son fessoêr, ilae ‘you qe n’y avaet pas de torche, le qheir taet baegnae. Ben ureuz core qe ça fuje ren qe de la siour.





Appel du dictionnaire
Mot exact (*) à traduire:

(*) si nom propre, insérer un blanc avant la saisie pour conserver la majuscule
   


Si besoin des services complets du Dictionnaire :