ACADEMIY DU GALO

Académie du Gallo



(retour index)

La Petite Bibliothèque de l'Académie du Gallo

La paije tourney

"Le Poltraet de Dorian Gray" d'Oscar WILDE

Un mot inconnu ?        Utilisez les fonctions 'Dictionnaire' en bas de page !



Oscar WILDE


Osacr WILDE, 1882

Veù come le pus grand écrivouz en angllaez n’y a 150 ans d’ella, Oscar Wilde ét orinae de Dublin. Malgrae q’ol taet anglicane e de la bourjoêzeriy, sa mere tenaet du tourn dez nacionalists irlandaez e ecrivaet dez poieteriys pour yeùz. Son pere fezaet le surjien e avaet un bon loz. V’la coment qe le jeune Oscar, net calae, fit de bones etudes e s’en vint a Londr eyou q’il se mint a ecrire.

Vrai douae pour ella, sez ecrits vont vitement li porter aqhit den la bone societae. Il se met en adorcion den le teiâtr, la poieteriy ou ben le roman aossi ben. Le pus coneù ét come de just le Poltraet de Dorian Gray, q’il faet mencion deden de la biaotae e de la daretae. Ben vrai, Oscar Wilde taet dare, de cai qi taet un escandale a temp-la den l’Anglleterre sectaere de la reine Victoria.

Cinq ans aprés sa baniy en 1890, Oscar Wilde va étr enterprinz od le pere a son aemant. De ça, il fera pus d’ûne aney de tarvalh de force. Üne fais débarrae, il se saovera en France pour pus ervenir. Maez, il s’ercaopira pas de façon. En 1900, il mourt den la mizere tout soul a Pariz.


La passey qe j’om choêzi de tourner ét ben sur ratirey de son euvr la pus coneùe : le Poltraet de Dorian Gray. Pas creyabl la force du livr-ilae a chaqe paije qe n’en leit : un maettr-ouvraije, faot ben dire. Lord Henry ét ici od Dorian Gray e q’ét a li faere un déplleit sus sa junesse caoze q’il le treue li mouêze. Ben vrai, ét ûne passey qi nouz ramene a Ronsard sus la biaotae q’ét mouchante, maez ét ûne passey q’amontr coment q’Oscar Wilde taet de la terre jaone etou.


LE POLTRAET DE DORIAN GRAY

Première parution du roman
dans le Lippincott's

— Alom don nouz sieter sour la haerdey, qe Lord Henry s’en vint. Parker nouz a ratirae de cai a baire, e si vouz restez de memme ao hâle, v’alez atraper ûne sourayey, e Basil sera pus en idey de peinturer votr portraet d’aotr. De vrai, vouz devez faere cas a pas demeurer a grâler. Ça seraet vrai pechae pour vouz.

— J’en sei-ti ben jeïnae, qe Dorian s’en vint a se rire, come il taet pour se chouqer sus l’assias den le fond du jardrin.

—Vouz devriez n’en faere cas ben pus fort, Mr Gray.

—Qheu caoze ?

—Caoze qe v’éte ao pus biao de votr junesse, e n’y a ren qe la junesse qe ça vaot la peine d’avair.

—Je chonje pas mai, Lord Henry.

—Nouna, vouz chonjez pas deden astoure-ci. Un journ qe vouz serez rendu d’âje, tout lae e aridelae, qe le combat ara plissae votr front, qe de vouz étr corbelae ara ragriochae voz lipes, vouz v’en ressentirez a rest. Astoure-ci, n’importe eyou qe voz qhettes vouz portent, vouz atilhonez le monde. Ella sera-ti tenant de memme ?

« V’ez ûne chiaere vray boudette, Monsieu Gray. Pas la peine de garrir dez uelhs, je vouz le diz mai. La biaotae ét un maniere de miracl, od de l’injin ben injinae si tellement q’il a pas bezein d’espliqe. ‘ét yûne dez pus belles creiâcions du monde, come le sourai, la prime saezon, otouben la terfllettey den lez iaos orbeys de ste soulai du bedouaod qe j’apelom la lûne. N’y a pas a se demander. Al a ste gourvaegnetae du bon Dieu. Dez siuns qi l’ont, al en faet dez princes. Vouz souriettez ? Ah, cant qe vouz l’arez laessey aprés vouz, vouz sourietterez pus.

« Le monde dizant de memme qe la biaotae, al se manje pas en salade. Ventiers ben. Maez, al ét pus fétisse qe la Pensey, tourjous. Pour mai, la Biaotae ét la mervaelhe pour mervaelher mervaelhant. N‘ét qe le monde évaporae qi jujent pas sus lez aparaessances. La vray devinance du Monde, al ét den le vizibl, pas den le cai qi se vait pas.

«  Yan, Mr Gray, v’éte ben éclloz. Maez le cai qe le bon Dieu amene, il peut le detolir aossi vite. Vouz ez pas ûne bande d’aneys a n’en faere aqhit. Cant qe votr junesse va s’ensaover, la biaotae va s’ensaover od yelle e vouz alez vouz avizer qe vouz serez pus den votr pairier de Madeleine ou ben qe votr pairier de Madeleine, il ét pus qe den la remembrance de d’aotr fais, de cai qi vouz renra pecr pus fort qe pour dez arevers. Décatir de la sorte de mais a mais vouz met a apercher de l’en-peire de memme. Le temp prend ûne enjane sus vouz, e batalhe contr voz lis e voz rozes. Vouz devienrez jaone de fighure, od voz jots creuzes, lez uelhs tuaes. Vouz n’en durerez-ti du mao.

«  Pernez du bon temp tant qe vouz éte jeune. Ne gâchez pas la mane de voz journeys, a acouter lez bobias qi cerchent a vouz moralizer den votr échouae san espair, ou a vouz aqenilher, a rester tout abouchonae e ercrotilhonae, den lez faosses ideys q’on se boute a yeùz a notr âje. Veqhissez ! Veqhissez la biaotae de viy q’ét en vouz ! Laessez pas ren a perdr derriere vouz. Cerchez tenant aprés dez nouviaoteys. Seyez pas éfoùchae de ren. « S’épllaere den le pllaezis, ét de cai qe notr siecl ét a voulair. Vouz pouriez n’n étr la merqe q’en vait de yelle. Teu qe vouz éte de vouz, n’y a ren qe vouz pouez pas mener. Le Monde ét a vouz pour un coup de temp. «  Ao coup qe je vouz ae terouae, j’ae ben veù qe vouz tiez pas en concience de ce qe v’éte en vrai, de ce qe vouz pouriez d’étr. N’y a de cai en vouz de si tellement tilhon qe je sentis qe je devaes devizer od vouz du sujit-la. Je me sonjis coment qe ça seraet effri si vouz tiez a la gâche. Pour ella, votr junesse, al va avair si petit de temp a durer, si petit de temp.

«  Lez boqhiaos défllourissent, maez il fllourissent de retourn. Ao perchaen mais de juen, ste citize sera dore come il ét astoure. Den un mais de temp, l’erbe-ez-gheuz, n’y ara dez étailes violines sus yelle e d’ûne aney sus l’aotr, le vert nair de sez feulhes ertreura sez étailes violines. Maez je retreurom pus nouz jamaez notr jeune temp.

«  A vint ans, ça va le diabe e son treïn, maez je nouz agornachom ben vite. Noz membrs venant a défaoder, noz sens sont pus pour répondr. J’amaonissom en falhiys poupines, barzaes sus la remembrance dez ataïneriys qe j’avaem trop poùr de yeùz, e dez lichouzeriys tentives qe je daraem pas profiter de yeùz. La junesse ! La junesse ! N’y a ren ao monde come la junesse ! »

Dorian Gray restaet a acouter, tout éberdalhae e qi debourlaet dez uelhs. La trocheley de lilac chaeyit a bas de sez maens sus la gravelle. Ûne avette de terre vint brunder entourn ûne berouey de temp. E peis, al partit a pavoler par sus le violine doujet dez feulhes de fllour a fernilher. Il restit a ergarder de yelle, intéressae de façon baroqe den ste berdineriy qe j’ébeluçom den nouz cant un grand tabut nouz essorbe, otouben cant qe je som émayae od du nouviao, du cai de pas dizibl, ou cant qe je restom a baez sus ûne maodite sonjeriy qi nouz épouante e qe je devom l’acorer. Aprés un temp, al s’ensaovit. Il laz vayit a droger sus le calice verjelae d’ûne tourlilhe. La fllour fit come trembller e se heïjit berdi-berda.





Appel du dictionnaire
Mot exact (*) à traduire:

(*) si nom propre, insérer un blanc avant la saisie pour conserver la majuscule
   


Si besoin des services complets du Dictionnaire :